Cockpits fermés - La Commission Pilotes dit oui, mais pour tout le monde

Les pilotes réunis à Paris insistent pour que les recherches en la matière effectuées en F1 puissent être appliquées ensuite aux catégories inférieures.

Cockpits fermés - La Commission Pilotes dit oui, mais pour tout le monde
Emerson Fittipaldi devient ambassadeur du GP du Mexique
Scuderia Toro Rosso STR10 : gros plan sur le capot moteur et le cockpit
Test de cockpit fermé
Tom Kristensen, Commissaire FIA
Susie Wolff, pilote de développement Williams

Réunie mercredi à Paris, la Commission des Pilotes de la FIA n'a pas seulement débattu de la façon dont il faudrait de nouveau faire respecter les limites de la piste dans de nombreuses disciplines. 

La réunion a également porté sur des questions de sécurité, avec comme sujet central l'hypothèse des cockpits fermés et des protections à mettre en place. Depuis le tragique accident qui a coûté la vie à Justin Wilson en IndyCar le mois dernier, le thème est revenu sur le devant de la scène. Le Britannique avait succombé à des blessures causés par un débris qui avait heurté son casque à pleine vitesse. 

Composée de treize membres, la Commission a insisté sur la nécessité de trouver des solutions pour mieux protéger la tête des pilotes en monoplace, mais également sur l'importance de le faire à tous les niveaux du sport automobile.

"Un thème central de la discussion sur la sécurité concernait le concept pour améliorer la sécurité des cockpits pour les monoplaces", a fait savoir la FIA dans un communiqué après la réunion. 

"La Commission des Pilotes est consciente des développements effectués dans ce domaine, mais a souligné l'importance de développer des solutions suffisamment simples et abordables en Formule 1 pour être ensuite intégrées à tous les niveaux de la course en monoplace."

La Commission des Pilotes était réunie sous la présidence d'Emerson Fittipaldi et la vice-présidence de Tom Kristensen, en présence de Nigel Mansell, Karun Chandhok, Susie Wolff, Emanuele Pirro, Yvan Muller, Nasser Al Attiyah, Marcus Grönholm, Carlos Sainz, Kenneth Hansen, Danilo Rossi et Keiko Ihara.

partages
commentaires
Hülkenberg - À Singapour, la voiture doit escalader les bosses

Article précédent

Hülkenberg - À Singapour, la voiture doit escalader les bosses

Article suivant

Alonso - "Singapour est physiquement éprouvant"

Alonso - "Singapour est physiquement éprouvant"
Charger les commentaires