Comment devenir team principal, par Günther Steiner

Le métier de team principal, ou directeur d’écurie, est sans aucun doute l’un les plus compliqués et des plus prestigieux dans un paddock. C’est lui (ou elle) qui gère l’équipe au quotidien en prenant les décisions majeures.

Comment devenir team principal, par Günther Steiner

Günther Steiner, qui travaille dans le milieu du sport automobile depuis plus de 35 ans, est le team principal de Haas depuis son arrivée en Formule 1, en 2016. Mais comment devenir le patron d’une écurie ? Nous avons discuté avec Steiner pour connaître les qualifications, les compétences et tout ce qui est nécessaire pour prétendre à ce poste.

Qu’est-ce qu’un team principal ?

Je pense qu'il faut le voir comme le PDG dans une entreprise, vous dirigez l'équipe. La Formule 1 a beaucoup d'éléments, c'est un grand mélange de différentes choses. C'est technique, c'est du marketing, c'est du sport, il y a beaucoup de choses impliquées et vous devez juste adapter ce que vous faites à ce moment-là, en essayant d'être aussi compétent que possible et de prendre les bonnes décisions.

Que fait un team principal ?

En fait, il s'agit de gérer une entreprise, nous sommes une petite équipe mais les plus grandes sont des entreprises de 500 personnes, nous sommes environ 200. Ce n'est rien d'autre que cela, et puis le week-end, nous allons courir. Au lieu d'avoir votre examen trimestriel par le conseil d'administration, vous l'avez chaque semaine, c'est sur cela que vous êtes jugés. Vous êtes aussi bon que votre dernière course, tout comme un PDG est aussi bon que son dernier trimestre de l'année financière. C'est une réponse très courte à ce que c'est.

Comment devenir team principal ?

Je ne sais pas comment j'ai fait, vous savez. Tout le monde a une histoire différente. Je peux vous raconter mon histoire, mais tout le monde en a une différente. J'ai commencé dans le sport automobile il y a 36 ans maintenant, donc une chose en amène une autre. Vous progressez.

Pour devenir le directeur de l'équipe Haas, j'ai essayé de trouver un investisseur pour une nouvelle équipe il y a sept ans, je l’ai trouvé et j'ai fini par devenir le directeur de l'équipe. Cela peut paraître trop simpliste, mais je pense qu'il est évident qu'il faut connaître le sport, les gens, l'environnement.

Lire aussi :

Comme je l'ai dit, chacun a un parcours différent sur la façon dont il est devenu directeur d'équipe, ce n'est pas comme si vous alliez à l'école, comme pour un travail normal, et puis vous faites votre carrière, vous travaillez quelque part et puis vous gravissez les échelons, des choses comme ça. Je pense que chacun ici a sa propre histoire à raconter. Il n'y a pas une seule façon de devenir directeur d'équipe. Ce qu'il faut, c'est être prêt à travailler et avoir un grand intérêt pour le sport automobile. Je pense que c'est aussi très exigeant, il faut travailler beaucoup, c'est un travail de 24 heures par jour, pour être honnête, et sept jours par semaine.

J'ai commencé en 1986 comme mécanicien en rallye. J'ai quitté mon domicile, je suis allé d'Italie en Belgique, parce que j'aimais les voitures de course, et pour moi, c'était un point de départ. À partir de là, j'ai occupé différents postes techniques. Je suis resté en Belgique pendant deux ans, puis j'ai travaillé pour une équipe en Italie pendant trois ans, puis pour une autre équipe en Italie pendant six ans. J'ai déménagé au Royaume-Uni en 1996 et j'ai créé une équipe personnalisée pour Prodrive, qui est encore une grande entreprise. Je suis ensuite devenu chef de projet pour la Ford Focus WRC, et j'ai été promu directeur technique.

Puis j'ai reçu un appel de Niki Lauda lorsqu'il était le directeur de Jaguar en Formule 1, et c'est là que ma carrière en F1 a commencé. J'étais directeur général chez Jaguar, après avoir fait un an de DTM pour General Motors Opel à l'époque, puis je suis passé chez Red Bull F1 team, ce que Jaguar était devenue, et j'y étais directeur technique. Je suis parti aux États-Unis pour Red Bull afin de lancer leur équipe de NASCAR là-bas et j'y suis resté.

C'est chez Jaguar que Günther Steiner a mis un premier pied dans le monde de la F1.

C'est chez Jaguar que Günther Steiner a mis un premier pied dans le monde de la F1.

Photo de: Jaguar Cars and Wieck Media Services, Inc.

J'ai passé cinq ans à créer ma propre entreprise, que j'ai toujours, une entreprise de composites, puis j'ai eu l'idée géniale – je ne sais pas à quel point elle était géniale – d'avoir une équipe de F1 américaine. J'ai mis au point un business plan et j'ai trouvé un investisseur, j'ai fait le tour des investisseurs, et je suis maintenant chez Haas depuis sept ans.

De quelle expérience a-t-on besoin ?

Je pense que c'était une autre époque [quand j'ai commencé ma carrière], il y a 36 ans, c'était différent, on ne peut pas comparer avec aujourd'hui. Je ne suggérerais à personne de faire ce que j'ai fait, si quelqu'un veut entrer dans le sport automobile, il doit obtenir un diplôme. Si vous voulez faire des choses techniques, il faut obtenir un diplôme d'ingénieur, puis se spécialiser dans le sport automobile, ce qui aide évidemment. Il faut aussi être bon, il ne s'agit pas seulement d'un bout de papier. Si vous êtes intéressé, il y a des juristes impliqués dans le sport automobile, il y a des spécialistes du marketing, faites simplement des études.

Je pense que la première chose à faire est de toujours commencer dans une petite équipe de sport automobile quand on est jeune, qu'on a beaucoup d'énergie, parce qu'on apprend beaucoup, parce qu'on doit faire beaucoup, parce que les petites équipes – pas même la Formule 3, mais des séries encore plus petites, la Formule 4, les équipes privées de voitures de tourisme et des choses comme ça – sont un bon terrain d'entraînement pour acquérir une bonne base et une bonne connaissance de la manière dont ça fonctionne réellement, de façon à comprendre comment progresser. Si vous arrivez directement en F1, vous pensez que c'est la réalité, mais la F1 est très spécifique à un métier. Je crois toujours que si vous avez une vision plus large, c'est bien mieux pour votre carrière. Si vous savez ce qui se passe dans l'ensemble, vous pouvez avancer, mais si vous vous spécialisez dans quelque chose, vous êtes en quelque sorte piégé – soit ça marche, soit rien ne marche.

C'est pourquoi j'ai toujours trouvé que commencer à côté, même en se portant volontaire pour une petite équipe de course en tant qu'ingénieur ou autre, aide beaucoup à apprendre et à avancer dans la vie.

Quelles autres compétences peuvent être utiles ?

Je pense qu'en F1, il faut savoir prendre des décisions rapidement, car c'est un sport d'affaires qui évolue très vite. Il faut donc être vif et développer cela en travaillant dans le sport automobile, car si vous savez à quoi vous attendre, vous pouvez prendre des décisions, car vous avez déjà vu la situation auparavant et vous êtes qualifié.

Évidemment, la communication – vous avez affaire à beaucoup de gens de différents pays, connaître les cultures, connaître les langues, aide aussi beaucoup. Il suffit de connaître ces choses et les cultures pour pouvoir imaginer comment les autres pensent, car tout le monde ne pense pas de la même façon. Cela vous aide à vous entendre et à progresser dans votre carrière, ainsi qu'à faire partie de quelque chose, mais ce n'est pas seulement en F1, c'est en général. Si vous voulez faire partie d'un secteur, vous devez aussi avoir de bonnes compétences sociales.

Vous devez avoir une grande passion pour le sport automobile si vous voulez faire cela. Ce n'est pas un travail. Si vous le faites pour l'argent, il y a beaucoup d'emplois qui vous paient mieux et pour lesquels vous n'avez pas besoin de travailler aussi dur. Il faut donc que ce soit une passion, que vous soyez intéressé et que vous aimiez vraiment ça, sinon ça ne sert à rien, vous viendriez ici et vous partiriez dans quelques années.

Guenther Steiner, Team Principal, Haas F1, sur le muret des stands

Guenther Steiner, Team Principal, Haas F1, sur le muret des stands

Photo de: Andy Hone / Motorsport Images

Quel est le meilleur conseil que vous avez reçu et que vous pourriez donner ?

Il suffit de travailler dur. Soyez toujours correct et juste. Rien d'autre. Une bonne attitude de travail et de l'équité. Ne pas mentir. Continuer à travailler.

Comment engranger de l’expérience pour devenir team principal ?

Comme je l'ai déjà dit, en tant que directeur d'équipe, il y a tellement de carrières différentes. Certaines personnes n'ont aucune formation technique, d'autres en ont un peu, d'autres encore sont propriétaires d'équipes de championnats mineurs. Il est donc très difficile de dire dans quoi ils doivent se spécialiser. Il n'y a que dix directeurs d'équipe dans le monde, ce n'est pas beaucoup. Je pense qu'une grande partie du problème est d'être au bon endroit au bon moment.

Tout ce que vous faites, si vous le faites avec passion et correctement, vous donne une chance d'y arriver.

À quoi ressemble une journée de travail classique pour vous ?

Nous travaillons depuis trois endroits différents : en Italie, aux États-Unis et en Angleterre, et mon bureau se trouve aux États-Unis. Mais normalement, le lundi, je retourne aux États-Unis, je voyage quelque part, comme cet été, je suis resté en Europe. Mais maintenant, avec le COVID, je suis basé en Italie, donc je travaille à partir de là. Ce n'est pas comme aller au bureau, vous êtes toujours au bureau. J'ai aussi mon bureau à l'aéroport, je travaille depuis mon ordinateur portable… Là où se trouve mon ordinateur portable, c'est mon bureau. Nous sommes partout, mais je travaille comme tout le monde. Le lundi, vous allez à un travail normal, et puis le week-end des courses, vous allez sur le circuit. Vous y arrivez le jeudi ou le mercredi soir, et ensuite vous faites des trucs pour les médias.

À quoi ressemble une journée de course pour vous ?

Un jour de course normal – ce n'est pas encore normal avec le COVID – le matin, vous avez vos réunions, vos briefings, vous y participez, vous ne les faites pas, vous écoutez juste ce qui est discuté avec les pilotes et les ingénieurs. Ensuite, vous faites des trucs pour la presse, diverses choses qui sont prévues. Ensuite, si vous avez une bonne voiture, vous attendez la course avec impatience, si vous avez une mauvaise voiture, vous êtes impatient que ce soit fini. C'est comme ça que ça se passe le jour de la course.

En général, vous faites ce travail pour la compétition, et la course a lieu le dimanche. C'est ce que vous attendez avec impatience. Pendant la course, je ne fais pas grand-chose. Je parle un peu avec le chef mécanicien, mais c'est eux qui ont le contrôle. Je pense toujours que si je dois intervenir pendant la course, c'est que j'ai engagé les mauvaises personnes. Si je dois diriger la course, c'est un travail à part entière – un directeur d'équipe ne peut pas le faire à mon avis. Vous savez, vous êtes conscient de ce qui se passe, et s'ils vous le demandent, vous savez normalement ce qui se passe, mais je n'interfère pas avec eux. Ils font un bon travail et ils font aussi le travail difficile, et si j'arrivais à la dernière minute pour faire ce que je veux faire, ce ne serait pas correct. J'aurais les mauvaises personnes si je devais les corriger. Ils peuvent faire des erreurs, et si je leur dis quelque chose que je vois, ils suivront mon conseil, mais je ne m'immisce pas dans la course.

Guenther Steiner, team principal de Haas F1 en discussion avec les médias

Guenther Steiner, team principal de Haas F1 en discussion avec les médias

Photo de: Andy Hone / Motorsport Images

Qu’est-ce que les gens doivent savoir sur le métier de team principal ?

C'est parfois assez stressant. Je ne me plains pas de mon travail, c'est un bon travail, car si vous aimez le sport automobile, c'est ce que vous voulez devenir à un moment donné. Mais c'est un travail très dur. Vous avez besoin d'avoir votre famille autour de vous et ils doivent comprendre, parce que si vous avez des problèmes dan plus d'un domaine – il y a assez de problèmes quand on dirige une équipe de F1, alors vous n'avez pas besoin de distractions extérieures. C'est un travail difficile, mais c'est un travail très satisfaisant. En ce moment, ce n'est pas très satisfaisant, parce que nous ne nous battons pas pour grand-chose, mais ce temps reviendra, j'en suis sûr, et c'est pour cela que nous travaillons. Il ne faut jamais abandonner, si vous êtes à terre, ce n'est pas la façon dont vous vous enfoncez qui compte, c'est la façon dont vous vous relevez. C'est comme ça que je vois les choses.

Cet article a été réalisé en partenariat avec Motorsport Jobs. Trouvez les dernières offres d’emploi dans le milieu du sport automobile et chez Haas F1 Team sur le site de Motorsport Jobs. 

partages
commentaires
Pourquoi Hamilton s'est mis au simulateur chez Mercedes
Article précédent

Pourquoi Hamilton s'est mis au simulateur chez Mercedes

Article suivant

Burn-out : la FIA devrait avoir d'autres priorités selon Alonso

Burn-out : la FIA devrait avoir d'autres priorités selon Alonso
Charger les commentaires