Comment expliquer les réparations à répétition chez Red Bull ?

Red Bull Racing ne cesse de répéter ses doutes au sujet de l'aileron arrière de Mercedes mais à Losail, l'écurie a elle-même rencontré des problèmes qui ont également braqué les projecteurs sur cet élément.

Comment expliquer les réparations à répétition chez Red Bull ?

Ce n'est pas la première fois cette saison : vendredi après-midi, lors de la deuxième séance d'essais libres du Grand Prix du Qatar, on a vu les mécaniciens Red Bull Racing s'affairer pour régler un problème avec l'actionneur du DRS. 

La défaillance est facilement identifiable lorsque la monoplace est en piste, puisque le flap supérieur de l'aileron arrière commence alors à osciller à haute vitesse lorsque le DRS est actionné. Lors des EL2 à Losail, c'est la voiture de Sergio Pérez qui a été affectée et le Mexicain a perdu du roulage, le temps que les réparations soient effectuées. 

Non seulement cela provoque des dégâts sur l'actionneur et le mécanisme, mais lors des derniers Grands Prix, l'équipe a dû réparer et rafistoler l'aileron arrière à plusieurs reprises car des fissures étaient apparues en plusieurs endroits. Une conséquence du stress qui s'appliquait dans cette zone. 

Cela pourrait tout simplement être dû à des pièces en fin de vie, ce qui est devenu un problème récurrent cette année en raison d'un calendrier chargé et de l'entrée en vigueur du plafond budgétaire. Cependant, on pourrait également l'expliquer par le fait que Red Bull ait repoussé les limites de la configuration de son aileron arrière afin de gagner en performance grâce au DRS. Le tout en respectant le cadre d'homologation. 

Le DRS – ou dispositif de réglage de l'aileron arrière, tel qu'il est appelé dans le Règlement Technique – est l'une des pièces qui ont été gelées avant la saison 2021, avec la possibilité d'homologuer seulement deux options afin de s'adapter aux différents niveaux d'appui.

Le système DRS sur la Red Bull RB16B.

Le système DRS sur la Red Bull RB16B.

Si une écurie voulait le modifier pour 2021, elle devait utiliser l'un des jetons de développement alloués durant l'hiver. Red Bull ne l'a pas fait puisque l'on sait que l'écurie a dépensé ses deux jetons pour un nouveau support de boîte de vitesses. 

Ainsi, il est vraisemblable que le problème persiste jusqu'à la fin de la saison, car l'écurie doit faire avec ce qu'elle a tout en cherchant à grappiller ce qu'elle peut sur le plan de la performance. 

À Interlagos le week-end dernier, Toto Wolff s'est agacé de voir Red Bull constamment réparer son aileron arrière, y compris sous régime de parc fermé aux États-Unis, au Mexique et et au Brésil. Néanmoins, Michael Masi a depuis nié tout favoritisme et rappelé l'application de la réglementation en la matière. 

"De notre point de vue, nous traitons chaque demande de la même manière, de manière cohérente, nous examinons chacune d'entre elles", a déclaré le directeur de course. "Si nous voyons que quelque chose est, disons, systématique avec l'équipe sur un certain nombre d'événements, alors nous leur demandons d'apporter des modifications permanentes à cette partie".

"Il y a tout un tas de choses qui entrent en ligne de compte. Donc non, je ne pense pas du tout qu'il y ait une quelconque incohérence."

Lire aussi :

partages
commentaires
Les vibreurs de Losail font des dégâts inattendus
Article précédent

Les vibreurs de Losail font des dégâts inattendus

Article suivant

Après le tâtonnement, les limites de piste ajustées à Losail

Après le tâtonnement, les limites de piste ajustées à Losail
Charger les commentaires