Comment Jules Bianchi a sauvé Marussia

Cette semaine a lieu le Grand Prix de Monaco, considéré comme le joyau du calendrier de la Formule 1 : la course ultime. C'est la course qui, plus que toute autre, met à l'épreuve les compétences et la trempe des coureurs lorsqu'ils pilotent leur voiture à la limite dans ces rues étroites.

Pour l'équipe qui se nommait jadis Marussia, ce sera un retour à Monaco poignant, un retour sur le circuit urbain qui a fait de sa résurrection en tant que Manor une réalité.

Sans les points marqués par Jules Bianchi à la suite d'un dépassement agressif sur la Caterham de Kamui Kobayashi à la Rascasse lors du Grand Prix de Monaco 2014, Marussia aurait probablement rejoint l'écurie de Tony Fernandes aux oubliettes. Ce n'est que grâce aux efforts de Bianchi que l'équipe ruinée a été considérée digne d'être secourue.

Jules sera glorifié à Monaco, comme c'est le cas depuis son accident tragique à Suzuka l'an dernier. Les Manor arboreront les initiales du Français et son numéro 17, tandis que Romain Grosjean porte cette année un casque rendant hommage à son compatriote.

Mais parce que Bianchi est actuellement hospitalisé à Nice, qui n'est qu'à quelques kilomètres de Monaco, il est nécessaire d'être sensible à la famille du jeune homme et de la consulter quant aux hommages qui lui seront rendus.

Toute la semaine, le retour à Monaco a occupé l'esprit des dirigeants de Manor. "Cela va être difficile. Cela va être dur pour tout le monde. Il sera dans la ville d'à côté," a commenté John Booth pour Reuters.

"Les sentiments ont être mitigés, vraiment. Nous avons le JB17 sur la voiture pour toute l'année. Une chose qui nous a vraiment motivés à continuer, cet hiver, était de ne pas gâcher cet effort."

L'effort a été un succès, dans la mesure où l'équipe Manor est opérationnelle et a pu ré-engager de nombreux employés perdus lorsque Marussia a fermé ses portes l'an dernier. Mais le succès d'avoir, avec une équipe sous administration judiciaire, fait une écurie viable, ne s'est pas reproduit en piste.

Il est peu probable que le Grand Prix de Monaco 2015 soit la scène d'un nouvel exploit pour Manor. Même si la course venait à être parsemée d'abandons, Manor ne dispose que de l'unité de puissance Ferrari 2014 dans une voiture qui est effectivement le modèle de l'an dernier, adapté à la réglementation actuelle.

Ainsi, la saison 2015 a vu l'équipe se battre contre les 107%, et la nouvelle voiture, dont les débuts étaient prévus pour l'été, pourrait ne pas apparaître avant 2016 si l'écurie estime qu'il s'agit d'une utilisation plus rentable de ses faibles ressources.

Il n'y a pas que l'équipe Manor qui gardera Jules à l'esprit lors de ce Grand Prix. Le sympathique Français était populaire au sein du paddock, et il manque toujours à ses amis de F1 et de GP2.

Au Grand Prix de Chine du mois dernier, les premiers points marqués par Romain Grosjean en 2015 lui ont rappelé des souvenirs mêlant joie et tristesse.

"Quand j'ai franchi la ligne, j'ai énormément pensé à Jules," déclarait Grosjean. "La dernière fois que j'ai marqué des points, il en avait marqué aussi. Je pense que si je peux lui donner un petit peu d'énergie, un petit quelque chose pour le combat qu'il mène... Je crois que si on n'abandonne jamais, cela se réalise. C'était une journée de merde, ces six mois depuis l'accident."

"C'est dur, il est avec moi sur mon casque, je lui envoie autant de pensées et de force que possible de ce que nous faisons. J'espère juste qu'un miracle se produise."

Mais ce weekend, Grosjean ne rendra pas visite à son ami à l'hôpital. "Parce que je connais des gens qui sont allés le voir, et je veux garder cette image de Jules qui marque des points à Monaco et qui est heureux. Je reste en contact avec son papa. Je lui ai envoyé une lettre à lire à Jules."

A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Monaco
Circuit Monte Carlo
Pilotes Jules Bianchi
Équipes Manor Racing
Type d'article Actualités
Tags bianchi, manor, marussia, monaco