Comment Mercedes a convaincu Hamilton de rentrer au stand

D'abord réticent à l'idée de chausser les pneus intermédiaires à la fin du Grand Prix de Russie, Lewis Hamilton a été convaincu grâce à des éléments clairement adressés par son équipe.

Comment Mercedes a convaincu Hamilton de rentrer au stand

Si la mauvaise décision prise par Lando Norris et McLaren au Grand Prix de Russie a beaucoup fait parler, elle doit également être confrontée au choix opposé, et gagnant, fait par Mercedes et Lewis Hamilton lors de cette fin de course chaotique. Pour délaisser les gommes slicks au profit des intermédiaires au bon moment, il fallait évidemment avoir le nez creux ainsi qu'un peu de réussite, mais plusieurs éléments ont finalement joué en faveur des Champions du monde.

Outre les prévisions météo, le pari de Valtteri Bottas et l'option prise par Max Verstappen sont autant de faits qui ont permis à l'écurie de Brackley de convaincre Lewis Hamilton de rentrer au stand. Car le septuple Champion du monde avait auparavant ignoré un premier appel au box.

"La clé était la façon d'interpréter les prévisions météo", admet Andrew Shovlin, directeur de l'ingénierie piste chez Mercedes. "Comme vous le savez, toutes les équipes ont le même radar pour la pluie. Nous pouvions la voir arriver, et nous pouvions voir que ça allait commencer légèrement. Ce que nous pouvions voir, c'est qu'ensuite ça allait être plus fort. Et c'est vraiment par rapport à ça que nous avons réagi."

"Mais d'une certaine manière, notre prise de décision a été facilitée par le fait que Valtteri était hors des points et n'avait rien à perdre : donc nous étions les premiers à sauter le pas. Ensuite, en voyant comment les pneus se comportaient sur sa voiture, nous avons enchaîné avec Lewis. Le fait de ne pas mener la course rend certainement les choses plus simples pour prendre ces décisions."

L'ombre de Verstappen

Entre des prévisions bien interprétées et un cobaye efficace en la personne de Bottas, la balance penchait déjà nettement en faveur des pneus intermédiaires, laissant peu de place au doute. En y ajoutant le contexte de la lutte pour le titre, l'argument final s'est vite présenté pour que Lewis Hamilton obtempère un tour après avoir renoncé à rentrer au stand.

"Le point clé que nous voulions lui faire comprendre, c'est que Max s'était arrêté", confirme Andrew Shovlin. "Max s'étant arrêté, il avait certainement envie que nous suivions ce qu'il faisait, même si ça voulait dire que nous laissions la porte ouverte à une victoire de Lando. L'autre point que nous devions lui faire comprendre était que nous pensions que la pluie allait s'intensifier. Par conséquent, il valait mieux rentrer tôt."

"C'est la somme de toutes ces choses, c'est vraiment un cas où il faut apporter la bonne information au pilote, car nous avons été très clairs sur ce que nous voulions faire. Ils [les pilotes] n'ont pas le luxe d'avoir un radar pluie ou ce genre de choses, donc il s'agit de s'assurer qu'ils puissent comprendre pourquoi nous essayons de prendre cette décision."

Lire aussi :

partages
commentaires
Leclerc : Juste "une question de temps" pour Norris

Article précédent

Leclerc : Juste "une question de temps" pour Norris

Article suivant

Montoya rappelle à Norris son expérience d'Interlagos en 2001

Montoya rappelle à Norris son expérience d'Interlagos en 2001
Charger les commentaires