Comment Russell a évité une pénalité après avoir resquillé

Les stars de la Formule 1 le savent : s'ils ne s'infiltrent pas dans un espace qui existe, ils ne sont pas des pilotes de courses. Et quand George Russell a vu une énorme opportunité à la sortie des stands au GP de Hongrie, il a tenté le coup.

Après être ressorti, à la suite de son arrêt au stand, dans une queue de monoplaces se situant à sa gauche et qui attendaient toutes sagement que les feux repassent au vert, George Russell a vu une immense opportunité à leur droite. Donc, plutôt que de se mettre au niveau de sa place désignée, ou même derrière son équipier Nicholas Latifi, il s'est engouffré dans la partie libre de la piste.

"Qu'est-ce que je peux faire ? Je peux aller en tête de file ?" a-t-il demandé à la radio de l'équipe alors qu'il avançait. Après avoir prononcé un juron, il a reçu un message simple : "Négatif" de la part de son équipe. Mais à ce moment-là, il était trop tard pour faire marche arrière. Il avait dépassé tout le monde et la première voiture en pneus slicks, avec potentiellement la tête de la course une fois que Lewis Hamilton se serait arrêté en fin du tour.

Lire aussi :

"Je pensais que je menais la course à un moment donné, pour être honnête", a déclaré Russell après coup. "C'est juste au moment du restart que la situation était très étrange, avec tout le monde faisant la queue au bout de la voie des stands. Dans des circonstances normales, vous pouvez doubler des voitures dans la voie des stands ou vous pouvez vous extraire et faire la course avec elles. J'ai donc vu une opportunité et je me suis dit : 'Tant pis, allons-y', parce qu'avec le calcul risque/récompense, la partie récompense l'emportait sur le risque."

Mais avec le message "négatif" de Williams indiquant clairement qu'il n'aurait pas dû le faire, Russell a rapidement compris que sa récompense serait de courte durée. En effet, comme il était clair qu'il avait potentiellement enfreint le règlement en dépassant des voitures dans la voie des stands, l'équipe et le pilote ont accepté qu'il puisse recevoir une pénalité de temps ou un arrêt.

Dans la tête de Russell, la probabilité d'une pénalité signifiait qu'il devait simplement foncer et essayer de construire une avance aussi grande que possible pour contrer toute perte de temps.

"Je regarde toujours vers l'avant", a-t-il dit. "Quand c'est fait, c'est fait, on ne peut rien y changer. Donc j'ai juste pensé : 'je vais avoir un drive-through, donc je vais mettre pied au plancher et essayer de creuser un écart. Ce sera une pénalité d'une vingtaine de secondes, alors j'y vais. Et si ce n'est pas le cas, je suis en tête d'une course, et je dois essayer de la conclure'. Oui, c'était opportuniste. Parfois, c'est la vie, il faut foncer quand la récompense est aussi élevée."

Lire aussi :

Mais à l'insu de Russell, son équipe Williams était déjà sur le coup et a fait savoir à Michael Masi, directeur de course de la F1, qu'elle reconnaissait qu'il y avait eu une erreur et qu'elle allait faire amende honorable. À ce moment-là, Masi n'était pas encore allé jusqu'à signaler aux commissaires le saut dans la file de Russell dans la voie des stands ; la rapidité d'esprit de Williams a donc empêché que cela ne se produise.

Masi a expliqué : "George [Russell] a réalisé son erreur et l'équipe est venue immédiatement et a dit 'nous avons fait une erreur, nous allons passer derrière Fernando [Alonso]'. C'était en fait à l'initiative de l'équipe."

Russell a immédiatement accepté la consigne de Williams de se replacer derrière l'Alpine de Fernando Alonso, et Masi a estimé qu'il n'y avait pas lieu de donner suite à l'incident. Pour un jeune pilote qui a dû faire face à une incroyable malchance au cours de sa carrière, Russell était simplement reconnaissant que la FIA n'ait pas été trop sévère à l'égard de cette erreur à la sortie des stands, ce qui aurait pu le priver de ses premiers points en F1 pour Williams.

S'exprimant après la course, Russell a déclaré : "Je suis vraiment content que la FIA ait fait preuve d'un peu de bon sens en disant 'rendez ces positions'. Ils auraient pu me donner un drive-through. C'était génial. Je n'étais pas trop sûr de ce que je devais faire. Mais j'ai vu une opportunité et je l'ai saisie."

partages
commentaires
Wolff : L'accident de Bottas n'aura pas d'influence pour 2022

Article précédent

Wolff : L'accident de Bottas n'aura pas d'influence pour 2022

Article suivant

Michael Masi juge Spa suffisamment sûr malgré l'accident en GT3

Michael Masi juge Spa suffisamment sûr malgré l'accident en GT3
Charger les commentaires