Comment Toro Rosso utilise son arme issue du LMP1

L'expérience de Brendon Hartley en Championnat du monde d'Endurance avec Porsche apporte "un regard frais et unique" au sein de l'écurie Toro Rosso en F1, selon son directeur technique James Key.

Brendon Hartley a piloté la Porsche 919 de LMP1 entre 2014 et 2017, remportant le Championnat WEC à deux reprises et lui apportant une expérience significative sur la façon de tirer le maximum de performance d'une telle technologie.

Même si la technologie qui anime les V6 turbo hybrides actuels de la F1 et celle du moteur Porsche sont différentes, Hartley a apporté de nouvelles idées sur la manière d'utiliser l'énergie électrique mais aussi concernant la gestion de l'essence et l'utilisation des pneus.

"Ce qui est super avec l'arrivée de Brendon, c'est qu'il a une approche différente des choses", a déclaré Key à Motorsport.com. "La façon dont il devait économiser de l'essence, les pneus, utiliser l'énergie, est un apport totalement nouveau, donc il y a assurément des idées intéressantes que nous mettons en place et que nous n'aurions pas mises en place avec l'approche plus standard d'un pilote de monoplace."

"Les technologies sont assez différentes pour qu'il n'y ait pas de transfert technique, mais c'est plus la procédure que l'on utilise et la façon de se pencher dessus. Je pense que c'est une bonne chose pour Honda, mais c'est une bonne chose pour l'équipe entière d'avoir ce regard frais et unique."

Hartley croit qu'il peut offrir un avantage particulier en termes de maximisation de l'efficience côté carburant. "Je pense que là où ça peut être un avantage, c'est que je suis assez habitué à devoir être très efficace parce que nous étions tellement restreints sur le carburant", a déclaré le Néo-Zélandais quand Motorsport.com lui a demandé ce qu'il pouvait apporter à Toro Rosso et Honda.

"Donc s'il y a une course où nous sommes très restreints sur l'essence, je ressens cela comme une force. Évidemment, travailler sur de tels projets est tout le temps précieux ; toute expérience est une bonne expérience."

Mais Hartley pense également que le pilote a moins d'influence en F1 qu'en LMP1 en raison de la moins grande complexité des systèmes hybrides. Il évoque notamment le fait que la Porsche était une quatre roues motrices, grâce à la puissance électrique qui était déployée via les roues avant, comme en étant la principale raison.

"Il y a moins d'influence en F1 parce que ce n'est pas une quatre roues motrices. Avoir une 4x4 et un moteur électrique qui contrôle juste le train avant et un moteur qui contrôle uniquement l'arrière, il fallait beaucoup d'impact du pilote pour faire fonctionner ces deux choses sans problème."

"Il y a des choses à gérer en course et en coulisses, mais globalement il n'y en a pas tellement pour le pilote et il y a suffisamment de simulation et de choses derrière toutes les équipes pour qu'elles fassent bien les choses."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1 , WEC
Pilotes Brendon Hartley
Équipes Toro Rosso
Type d'article Analyse