Comprendre la voiture de sécurité virtuelle en 15 points

Il vous serait pardonné de penser que les pilotes doivent seulement ralentir sous VSC. Mais il leur faut aussi s'assurer de rouler assez vite pour éviter les pénalités! Voici une mise à jour avec toutes les subtilités de ce régime complexe.

Comprendre la voiture de sécurité virtuelle en 15 points
Kimi Räikkönen devant un signal VSC
Kimi Räikkönen devant un signal VSC
1/15

Photo de: XPB Images

La procédure de Voiture de Sécurité Virtuelle (VSC) peut être initiée pour neutraliser une séance d’essais ou la course sur ordre de la Direction de Course.
Un commissaire agite le drapeau jaune
Un commissaire agite le drapeau jaune
2/15

Photo de: XPB Images

La procédure de VSC intervient pour limiter les dangers en piste quand il n’est pas jugé indispensable de faire entrer en jeu la voiture de sécurité physique.
Pascal Wehrlein, Manor Racing MRT05 recule sur la bonne position sur la grille
Pascal Wehrlein, Manor Racing MRT05 recule sur la bonne position sur la grille
3/15

Photo de: XPB Images

Les teams sont informés de l’activation de la VSC par un canal électronique centralisé. Aux abords de la piste, les affichages lumineux VSC sont visibles pour les pilotes.
Des casques radio
Des casques radio
4/15

Photo de: GP2 Series Media Service

Comme prévu par la FIA, les messages radio concernant l’entrée en jeu de la VSC ou de la voiture de sécurité ont toujours été autorisés.
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, mène derrière le Safety Car
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, mène derrière le Safety Car
5/15

Photo de: XPB Images

Comme avec la vraie voiture de sécurité, l’activation de la VSC désactive la possibilité d’utilisation du DRS. Le DRS est automatiquement réactivé pour les concurrents après la période de neutralisation.
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12 mène derrière la voiture de sécurité
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12 mène derrière la voiture de sécurité
6/15

Photo de: XPB Images

Bien entendu, il est formellement défendu de dépasser sous VSC. Il existe trois exceptions : lorsqu’un pilote restant en piste dépasse un concurrent entrant dans la voie des stands ; lorsqu’un pilote sortant des stands est dépassé ; ou lorsqu’un concurrent doit dépasser une monoplace notablement en difficulté technique ou accidentée.
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid lors du tour de formation
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid lors du tour de formation
7/15

Photo de: XPB Images

Précaution, certes, mais attention : les pilotes sont informés par le règlement sportif du fait qu’ils ne doivent pas "piloter lentement de manière non nécessaire".
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09
8/15

Photo de: XPB Images

Il leur est aussi rappelé de ne pas rouler "de manière erratique ou d’une façon qui pourrait être considérée comme dangereuse pour les autres pilotes ou toute autre personne durant la procédure de VSC", par exemple en zigzagant ou freinant et accélérant brutalement comme dans un tour de chauffe pour maintenir les performances des pneumatiques et des freins.
La voie des stands
La voie des stands
9/15

Photo de: XPB Images

Les F1 ne sont pas autorisées à entrer dans les stands pendant l’activation de la VSC, sauf pour un changement de pneus.
Un affichage Virtual Safety Car
Un affichage Virtual Safety Car
10/15

Photo de: XPB Images

Autant qu’ils doivent prendre garde à ne pas être erratiques, les pilotes ne doivent pas rouler trop lentement : ils doivent rester au-dessus du temps minimal déterminé par l’ECU FIA, le système d’électronique standard embarqué dans toutes les autos.
Système d'avertissement des commissaires
Système d'avertissement des commissaires
11/15

Photo de: XPB Images

Le temps de référence fixé dans l'ECU est fractionné par secteurs. On ne parle pas ici des trois habituels secteurs chronométriques, mais de la multitude de mini-secteurs déterminés par le positionnement des postes de commissaires en bord de piste.
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
12/15

Photo de: XPB Images

Si un pilote se montre incapable de tourner dans les temps minimaux définis dans les secteurs concernés, une pénalité peut être appliquée.
Un commissaire enlève des débris du circuit
Un commissaire enlève des débris du circuit
13/15

Photo de: XPB Images

Le moment de la relance est connu des équipes : à la pression du bouton de fin du VSC, un signal est envoyé aux équipes avec un compte à rebours officiel de 10 à 15 secondes. Les lumières vertes en bord de piste accompagnent le signal pour les pilotes et disparaissent après 30 secondes d’affichage.
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
14/15

Photo de: XPB Images

Comme sous régime de voiture de sécurité, chaque tour passé en mode VSC est comptabilisé comme un tour de course. Cela signifie que si la course est conclue par drapeau rouge sous régime de VSC, la classification en vigueur est celle du tour précédent, que la VSC ait été active lors du tour en question ou non.
Stoffel Vandoorne, ART Grand Prix, passe sous un panneau Virtual Safety Car
Stoffel Vandoorne, ART Grand Prix, passe sous un panneau Virtual Safety Car
15/15

Photo de: GP2 Series Media Service

Enfin, sachez que ces règles s'appliquent aussi au GP2 et au GP3. Cette année, à Monaco, Artem Markelov s'est emparé d'une victoire surprise au nez et à la barbe de Norman Nato en tirant parti de la voiture de sécurité virtuelle !
partages
commentaires
La réflexion sur la F1 d'après 2020 souhaitée par les motoristes
Article précédent

La réflexion sur la F1 d'après 2020 souhaitée par les motoristes

Article suivant

Portrait - Mon boulot d'ingénieur performance de Fernando Alonso

Portrait - Mon boulot d'ingénieur performance de Fernando Alonso
Charger les commentaires