Consignes : Alfa Romeo a mis les choses au clair avec Giovinazzi

Après avoir désobéi aux consignes énoncées par Alfa Romeo à la fin du Grand Prix de Turquie, Antonio Giovinazzi s'est entretenu avec Frédéric Vasseur, directeur de la structure suisse, qui n'a pas souhaité blâmer son pilote.

Consignes : Alfa Romeo a mis les choses au clair avec Giovinazzi

Plus lent que son coéquipier Kimi Räikkönen dans les derniers kilomètres du Grand Prix de Turquie, Antonio Giovinazzi a reçu l'ordre de laisser passer le Finlandais pour augmenter ses chances d'intégrer le top 10. Cependant, malgré l'écart évident de rythme entre les deux pilotes, Giovinazzi ne s'est pas écarté du chemin et s'est chargé de mener l'assaut sur Esteban Ocon, détenteur du point de la dixième place.

Mais l'entêtement de l'Italien n'a pas porté ses fruits puisqu'il a franchi la ligne d'arrivée avec huit dixièmes de retard sur l'Alpine, Xevi Pujolar, responsable de l'ingénierie Alfa Romeo, confirmant plus tard que Giovinazzi avait "lui-même décidé de rester devant".

Frédéric Vasseur est également revenu sur l'incident lors de la conférence de presse du vendredi du Grand Prix des États-Unis. Le directeur d'équipe n'a pas souhaité rejeter la faute sur Giovinazzi mais a reconnu que son pilote s'était montré trop conservateur dans son approche en fin de course.

"À un moment, Kimi a attaqué davantage et nous pensions que les pneus allaient tenir", a-t-il expliqué. "Nous avons demandé à Antonio d'attaquer ou de le laisser passer. Il a sûrement été trop conservateur. Je ne veux pas lui en vouloir mais nous avons eu une discussion. Il était un peu perdu par le niveau d'attaque à fournir, il pouvait certainement rouler plus rapidement et il a été trop conservateur."

"Nous avons perdu des points, clairement, mais je ne veux pas blâmer Antonio. Je pense qu'il suivait le plan et lorsque nous avons eu cette fenêtre d'attaque, il a pris deux ou trois tours pour comprendre qu'il devait attaquer. C'est comme ça."

La relation entre Alfa Romeo et Giovinazzi au-delà de la saison en cours est pour le moment incertaine. L'équipe n'a pas encore révélé le nom du pilote qui épaulera Valtteri Bottas l'an prochain. Guanyu Zhou était considéré comme le candidat idéal mais la rumeur d'un rachat de la structure par Andretti a redistribué les cartes.

Ce jeudi à Austin, Giovinazzi a expliqué que le flou dans lequel il était plongé actuellement n'était "pas idéal" et qu'il ressentait "une certaine pression" sur ses épaules. Quant à Vasseur, il a de nouveau affirmé qu'il n'était "pas pressé" pour l'attribution du second baquet. "Nous avons plusieurs options et nous prendrons une décision prochainement", a-t-il indiqué.

Lire aussi :

partages
commentaires
GP des États-Unis F1 - Programme TV et guide d'avant-course
Article précédent

GP des États-Unis F1 - Programme TV et guide d'avant-course

Article suivant

Alonso envoyé en fond de grille après un changement de moteur

Alonso envoyé en fond de grille après un changement de moteur
Charger les commentaires