Constructeurs - "En regardant Mercedes, peut-être que d’autres voudront venir"

Toto Wolff estime que la comparaison des époques en F1 est difficile et que les différentes plaintes entendues au sujet de nouveau format 2014 ne prennent peut-être pas en compte le fait que la discipline a traversé d’autres époques pas...

Toto Wolff estime que la comparaison des époques en F1 est difficile et que les différentes plaintes entendues au sujet de nouveau format 2014 ne prennent peut-être pas en compte le fait que la discipline a traversé d’autres époques pas nécessairement plus spectaculaires selon lui.

« J’ai regardé récemment la dernière course de la saison 1984, au Portugal, et je m’y suis mis après un tiers de la course », relate-t-il, sur le site officiel de la F1. « Ces courses étaient bien plus ennuyeuses : on ne pouvait pas entendre le bruit des moteurs à la TV car il s’agissait aussi de turbos, et les seuls dépassements étaient les tours pris. Je me demande, donc ».

La création d’artifice, ces dernières années, comme une dégradation plus rapide des enveloppes pneumatiques, l’introduction du DRS, ou encore de règles comme celle des double points, pour améliorer le spectacle, n’a pas l’effet escompté auprès des puristes, mais Wolff défend tout de même le produit global offert par la F1 contemporaine.

« Je pense que nous avons un superbe produit, de superbes courses. En aurons-nous toujours ? Non. Mais chaque match de football est-il superbe? Non », commence-t-il.

« Il y a eu Bahreïn, Montréal, l’Autriche… Je pense que nous détenons un bon produit. En essayant de le rendre plus excitant, sommes-nous allés sur un territoire sur lequel nous n’aurions pas dû ? Peut-être. Peut-être que les double points ne sont pas justes. Mais laissons-nous tenter les double points et jugeons à la fin si cela a été mauvais ou non. Est-ce pur, et simple, comme la F1 devrait l’être. Non, ça ne l’est pas ! Et je suis contre. Mais peut-être qu’une fois qu’on l’aura vu, on aimera cela ».

Wolff poursuit en rappelant que les motoristes et manufacturiers automobiles d’une façon générale ont poussé pour le passage à des motorisations hybrides V6, afin de trouver un sens à leurs dépenses invraisemblables. Mais il admet qu’il convient de trouver un juste point pour que la F1 demeure une discipline faisant rêver, et méritant son statut de « pinacle » du sport automobile.

« Il y a quelques personnes qui disent en permanence à quel point c’était bien jadis, et que nous devrions revenir à ces règles. Mais on ne peut pas être aveugle à ce qui se passe dans le monde. Contrairement à ce qui est dit, je pense que les fans se soucient encore du fait que ces voitures sont les meilleures et les plus rapides. Pour nous, chez Mercedes, la raison de notre présence est qu’il y a un lien clair et un échange entre la F1 et la voitures de route, dans les deux directions. Ce n’est pas du marketing, c’est la réalité. Honda a prouvé que le concept est intéressant [en revenant] et qui sait quel genre de discussions ont lieu dans les différentes compagnies au sujet d’une entrée. En regardant ce qu’a fait Mercedes, peut-être que d’autres voudront venir ».

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Toto Wolff
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités