Un contraste "délicat" entre l'Alpine d'Ocon et celle d'Alonso

Alpine peine à comprendre la différence de comportement entre ses deux monoplaces, compte tenu de leurs réglages similaires.

Un contraste "délicat" entre l'Alpine d'Ocon et celle d'Alonso

Les pilotes Alpine ont indéniablement connu des fortunes diverses au Grand Prix de Russie. Si Fernando Alonso a réalisé une belle course et a accroché la sixième place (non sans avoir gagné du temps au départ en court-circuitant le virage 2 par l'échappatoire imposée par les commissaires), Esteban Ocon était en grande difficulté à Sotchi et s'est classé seulement 14e, alors qu'il partait neuvième. Le Français peine à le comprendre.

"Les voitures étaient très similaires en matière de réglages lors des trois ou quatre dernières courses, quasiment identiques", explique Ocon, actuellement onzième du classement général avec 45 points à son actif. "Et il y a eu beaucoup de divergence dans cette course, nous ne faisons plus les mêmes commentaires [sur la voiture]. Nous avons quelques idées quant à la cause et cherchons évidemment à résoudre ça pour la prochaine course ou celle d'après. On verra."

"Nous sommes parvenus à atteindre une bonne position dans les deux premiers tours, mais après ça c'était très délicat. Niveau rythme, il nous manquait pas mal de temps au tour à chaque tour, nous perdions du terrain sur la voiture de devant, nous n'étions pas en mesure d'attaquer ou de défendre face à quiconque, à vrai dire. Pas mal de choses à analyser pour nous, donc, pas mal de travail avant d'aller en Turquie, mais nous trouverons ce qui clochait."

Ocon ne voit "pas de raison particulière" à ce manque de rythme : "Je me sens bien au volant, comme je me sentais bien à Monza ou à Zandvoort". Plutôt à l'aise par rapport à Fernando Alonso sur l'ensemble de la saison, le Normand avait néanmoins connu une période de vache maigre au début de l'été, lors de laquelle il avait notamment enchaîné quatre Grands Prix sans marquer le moindre point. À l'époque, un changement de châssis à Silverstone avait résolu ses problèmes – sans que ces derniers soient identifiés – et les points ne lui avaient plus échappé par la suite, avec cinq top 10 consécutifs jusqu'à cette course en Russie.

Lire aussi :

Propos recueillis par Oleg Karpov

partages
commentaires
La pensée du "nouveau monde" ouvre la F1 au changement, selon Brawn

Article précédent

La pensée du "nouveau monde" ouvre la F1 au changement, selon Brawn

Article suivant

Le simulateur à domicile, nouvel outil pour aider Tsunoda

Le simulateur à domicile, nouvel outil pour aider Tsunoda
Charger les commentaires