Dans les coulisses de la course au développement en F1

Le Grand Prix d'Espagne est la première manche européenne de la saison de Formule 1. Traditionnellement, c'est donc là-bas que les équipes apportent des évolutions aérodynamiques significatives sur leurs voitures.

Si la Formule 1 moderne est devenue tellement compétitive au point que plusieurs équipes procèdent à un développement régulier, en ajoutant de nouveaux éléments à chaque Grand Prix, il reste toujours plus pratique et moins coûteux d'apporter des évolutions majeures à Barcelone plutôt que sur des circuits très éloignés des bases européennes, comme Shanghai ou Bakou.

Le Circuit de Catalunya a aussi pour vertu d'avoir plus de points communs avec la majorité des tracés du calendrier que les lieux visités pour les premiers Grand Prix, chacun d'entre eux offrant d'un caractère unique. 

C'est pourquoi tant d'équipes ont introduit des ailerons avant et des pièces de carrosserie si différents le week-end dernier : pas seulement parce qu'ils seront utiles pour le reste de la saison, mais parce que les équipes vont pouvoir comparer leurs performances actuelles avec la base établie à Barcelone lors des essais hivernaux. 

"Nous essayons d'améliorer la voiture à chaque fois que nous prenons la piste", explique James Allison, directeur technique de Mercedes AMG Petronas. "Lors des premières courses, nous avons vu des choses pour lesquelles nous essayons de modifier notre approche, de manière à ce que notre voiture soit plus performante au fil de la saison. Tout ce que l'on peut faire pour que la carrosserie et les ailerons fonctionnent mieux apportera beaucoup en terme de chrono sur un circuit comme celui-ci."

Un ingénieur Mercedes AMG F1

En Formule 1, si l'on n'avance pas continuellement, alors on stagne – ou bien on recule – par rapport aux concurrents, puisque tous font de leur mieux pour trouver des gains de performance. Apprendre, innover, concevoir et construire, c'est un contre-la-montre permanent : si l'on manque une échéance, ces nouvelles pièces ne seront pas prêtes à temps.

"C'est un processus incessant car ce que nous avons fait lors du dernier Grand Prix ne sera pas suffisant pour le suivant", souligne Rob Thomas, directeur des opérations de Mercedes AMG Petronas. "Nous cherchons toujours à extraire le maximum."

"Puisque nous essayons de tout amener sur la voiture aussi vite que possible, la pression vient véritablement du fait que nous essayons de dessiner et concevoir des choses dans un laps de temps très court, et ce avec une qualité parfaite."

Un ingénieur Mercedes AMG F1

Il n'est jamais certain qu'une évolution fonctionnera aussi bien en piste que ce qu'indiquent les simulations, aussi même lorsque les nouvelles pièces sont chargées dans le camion, l'équipe de design continue à esquisser les développements futurs. Leur avancement dépendra des résultats en piste. Ainsi, tandis que le processus de développement au bureau d'études et à l'usine ne s'arrête jamais, les dirigeants doivent parfois prendre du recul et observer la situation dans son ensemble.

"Nous avons préparé beaucoup de choses pour Barcelone et nous les avons envoyées au circuit, mais ça ne s'arrête pas une minute", insiste Allison, "tout le travail ici se poursuit afin que nous soyons prêts pour la prochaine course, puis pour celle d'après."

"Il est important pour moi de trouver le temps de réfléchir, penser de manière plus stratégique, pour faire en sorte que la voiture soit aussi rapide qu'elle puisse l'être sur chaque circuit."

Contenu sponsorisé par Bose
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Mercedes
Type d'article Contenu spécial
Tags bose