Coulthard - Hamilton a connu un jour "off" en course

Vainqueur de cinq courses sur les dix déjà disputées cette saison, Lewis Hamilton se situe logiquement en tête du championnat à mi-parcours.

Pourtant, ce leadership aurait pu lui échapper dimanche dernier en Hongrie. Ou du moins les positions de tête auraient-elles été fortement resserrées, si Nico Rosberg n’avait pas été victime d’une crevaison après un contact avec Daniel Ricciardo à quelques tours du drapeau à damier.

Incontestable et incontestée, la domination du Champion du Monde en titre le samedi, lors des qualifications, n’a pas toujours été synonyme de succès le lendemain. À Budapest, Hamilton semble ainsi être passé au travers d’une course qu’il aurait pu remporter pour la cinquième fois, ce qui lui aurait offert un nouveau record.

Voir aussi : Classements - Les championnats après Budapest

"Ce n’est pas la première fois que cela arrive à un Champion du Monde," explique David Coulthard, ancien pilote et aujourd’hui consultant pour la télévision britannique.

"Hamilton avait déjà connu des difficultés en 2011, notamment lors des multiples incidents avec la Ferrari de Massa. Mais tous les grands pilotes vivent ce genre de jour "off".

"Ayrton Senna avait coincé sur un retardataire en Italie, en 1988, et tout le monde a connaissance de ce qu’il a fait en 1990 à Suzuka, avec Alain Prost. Michael Schumacher connaissait lui des moments où son jugement le trahissait, et il avait alors recours à des pratiques sournoises."

"Il y a encore l’exemple de Fernando Alonso, qui laisse parfois ses émotions prendre le dessus, comme lors de son premier passage chez McLaren en 2007. La F1 est un sport très intense, qui pousse les pilotes dans leurs derniers retranchements de toutes les façons possibles et imaginables. Alors il arrive forcément de passer à côté de son sujet."

Le week-end de Hamilton n'est pas à jeter

Coulthard souligne par ailleurs qu’avant la course, le niveau de performance atteint par le pilote Mercedes était une nouvelle fois impressionnant.

"C’est le revers de la médaille : Hamilton oscille forcément entre génie et catastrophe. Cela n’avait pas non plus réussi lorsqu’il avait essayé de dépasser Massa après le restart, à Silverstone. Souvent, tout lui réussit bien parce qu’il dispose d’un talent hors du commun mais, de temps en temps, cela ne fonctionne pas, et ce fut le cas dimanche dernier."

Lire aussi : Hamilton a dû "se calmer" durant la course

"Toutefois, si vous observez en détail la performance de Lewis en Hongrie, le bon l’emporte sur le mauvais à bien des égards," poursuit l’Écossais. "Il était intouchable lors des essais libres et des qualifications, et il ne peut être blâmé pour les problèmes que rencontrent actuellement les Flèches d’Argent lors des départs."

"Hamilton fut aussi l’auteur de plusieurs remontées en course, mais il a commis plusieurs erreurs. C’est ainsi, vous ne pouvez pas toujours réaliser parfaitement les choses. Mercedes a également commis des erreurs de stratégie, et les pilotes ne sont ni infaillibles, ni invincibles. Quant à Lewis, il a l’habitude de cet ascenseur émotionnel, il va bien sûr rebondir."

A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Hongrie
Circuit Hungaroring
Pilotes Lewis Hamilton
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités
Tags david coulthard, grand prix, hongrie, lewis hamilton, mercedes