Course - Hamilton est le patron chez Mercedes

Lewis Hamilton a remporté le GP d'Espagne pour la première fois de sa carrière en franchissant la ligne d'arrivée avec moins d'une seconde d'avance sur son équipier Nico Rosberg, au terme d'une course stratégique intense

Lewis Hamilton a remporté le GP d'Espagne pour la première fois de sa carrière en franchissant la ligne d'arrivée avec moins d'une seconde d'avance sur son équipier Nico Rosberg, au terme d'une course stratégique intense. Le Britannique s'empare de la tête du championnat du Monde avec cette quatrième victoire en cinq courses. Troisième, Daniel Ricciardo monte sur le podium, devant un Vettel impressionnant, remonté de la 15ème place à la 4ème position.

---

Le départ du Grand Prix d’Espagne est propre, Hamilton parvenant à maintenir l’avantage de sa pole position en gardant la main sur son équipier Rosberg. Bottas s’élance très bien avec la Williams et prend le dessus sur Ricciardo pour le gain de la troisième place, tandis que Vettel lutte avec la seconde Red Bull : parti 15ème, l’Allemand voit Sutil le passer dans la première boucle, mais l’avantage est immédiatement repris par le Champion qui dépasse également Magnussen à la chicane.

En dépit d’un gros blocage de roues au premier freinage, Grosjean parvient à garder sa Lotus à sa 5ème position de la grille. Dans l’autre Lotus, Maldonado entre en contact avec la Caterham de Marcus Ericsson dans une manœuvre mal réfléchie, malheureusement devenue sa signature. Les deux pilotes parviennent néanmoins à rester en piste, mais l’incident est investigué par les commissaires sportifs et vite pénalisé par 5 secondes d’arrêt pour le Vénézuélien aux stands…

Bottas résiste à Red Bull

Hamilton s’octroie une petite marge de deux secondes sur Rosberg dans les premiers tours. Agressif, Ricciardo essaie de reprendre la main sur Bottas, mais ne trouve pas la solution. L’équipe l’intime de garder ses distances de la Williams, en restant à deux secondes, pour ne pas endommager excessivement les pneus avec la chaleur accumulée dans le sillage de la Williams. L’Australien ne l’entend cependant pas de cette oreille et tente de faire sauter le bouchon jusqu’au 8ème passage. Dans la seconde Red Bull, Vettel se bat âprement pour prendre le dessus sur la Sauber d’Esteban Gutierrez. L’Allemand est 13ème, à près de 30 secondes du leadership, après 10 boucles. P6 et P7, les Ferrari de Räikkönen et Alonso ne se lâchent pas, évoluant dans la même seconde depuis le départ.

Vettel est le premier à passer dans la ligne des stands, dès la fin du 12ème tour. Le Champion du Monde chausse les pneus durs et reprend la piste derrière Chilton et Ericsson. Ricciardo, las de rester dans le sillage de Bottas, s’engouffre à son tour dans la pitlane un tour plus tard, mais chausse un nouveau train de medium afin de reprendre la main sur le Finlandais après l’arrêt de celui-ci. L’Australien se montre immédiatement plus rapide que la Williams de 1.3s rien que sur le second secteur.



Bataille stratégique entre équipiers chez Mercedes et Ferrari

Ferrari prend la décision d’appeler Alonso en premier aux stands en dépit du fait qu’Iceman se trouve juste devant. L’Espagnol ne parvient cependant pas à prendre la main avec son tour supplémentaire en pneus pneus : Räikkönen ressort de nouveau d’un souffle devant lui, et les deux pilotes disposent des mêmes pneus.

Chez Mercedes, Hamilton, leader, est logiquement le premier à passer dans la pitlane. Rosberg choisit ce moment pour établir le meilleur tour en course et avale une boucle supplémentaire. Contrairement à Hamilton, l’Allemand chausse cependant le composé dur pour son second relais. Comme à Bahreïn, Mercedes met ses œufs dans deux paniers différents et la bataille se disputera à distance.

Hamilton est informé au 24ème passage du fait qu’il a besoin d’une avance de plus de 7 secondes sur Rosberg 20 tours plus tard pour garder le commandement. L’avance du Britannique est de 3.4 sec lorsque lui est donné le message. C’est à ce moment que Jean-Eric Vergne subit son troisième abandon de la saison 2014, sur une défaillance au niveau des échappements.



Duel Hamilton/Rosberg à distance

Après une belle résistance, Grosjean voit les deux Ferrari prendre la main. La Lotus recule en 7ème position et se trouve sous la menace de Massa, Vettel et des Force India avant la mi-course.

Rosberg apparaît dans une position avantageuse pour reprendre la main sur Hamilton, qui se plaint de survirage. Mais la vérité d’un tour n’est pas celle du suivant, et la lutte à distance est fascinante. Le Britannique continue à augmenter l’écart progressivement sur son équipier, mais pas au rythme souhaité compte tenu de son composé pneumatique plus tendre. Rosberg, qui tourne bien avec le composé dur, reste un danger réel : en tenant compte de la différence entre les deux mélanges, son ingénieur de course l’informe qu’il reprend 0’3s au tour à son équipier dans certaines boucles.

Vettel offre de son côté une solide remontée, multipliant les meilleurs temps au tour et poussant autant que sa Red Bull le permet. C’est 7ème, dans le sillage des Ferrari, que se trouve l’Allemand au 40ème passage.



Le scénario Mercedes de Bahreïn se répète ; Vettel implacable

C’est au T42 que Mercedes choisit de faire rentrer Hamilton. Le Britannique ne dispose pas de l’avance de 7 secondes souhaitée par son ingénieur de course, l’écart étant le même que 20 tours plus tôt. Mais Rosberg n’est pas en mesure de rester en piste comme prévu non plus, en dépit de ses pneus qui auraient dû lui procurer l’avantage pendant quelques boucles : le scénario de Bahreïn se répète et l’endurance du composé dur n’est pas supérieure à celle du medium. Hamilton reprend la tête de la course avec une avance de 5 secondes.

Les deux Mercedes se lancent pour un duel final de 20 tours. A l’attaque, Rosberg n’a pas l’intention de laisser son équipier tranquille dans le dernier tiers de course. La bataille est cette fois rapprochée. En quelques boucles, l’Allemand, à l’attaque, fait passer l’écart à 2 secondes à force de meilleurs tours en course successifs, également aidé par l’ouverture de la voie parmi les retardataires de son équipier.

Implacable, le couperet Vettel tombe sur la nuque d’Alonso au 55ème passage : parti 15ème, le pilote Red Bull prend la main sur celui qui était pourtant parti P7. Dès le tour suivant, le Champion avale Räikkönen pour le gain de la cinquième place. Le constat est cruel pour Ferrari, qui ne peut que constater son impuissance. La bataille entre les deux pilotes de la Scuderia reste vive, tous deux évoluant toujours dans la même seconde.

And the winner is…

Hamilton voit Rosberg dans la même seconde que lui en entrant dans le 60ème passage. Le voici désormais menacé par le DRS de son équipier, avec encore 6 tours durant lesquels défendre. Le Britannique parvient à gagner les quelques dixièmes le mettant à l’abri dans les lignes droites.

Le duel Alonso/Räikkönen passionne les fans espagnols et finit par tourner à l’avantage de l’Espagnol dans le 63ème tour. Vettel se débarrasse lui aussi de Bottas à deux tours de l’arrivée et gagne la 4ème place.

Tous les yeux se tournent sur la lutte pour la victoire dans les derniers kilomètres. Sur un freinage tardif de Hamilton, Rosberg revient dans l’aileron arrière de son rival et équipier. Le Britannique demande à son ingénieur de ne pas lui parler dans le dernier tour, qu’il aborde avec 0,6s d’avance. Le Champion 2008 garde ma tête froide dans un dernier tour chargé de tension et s’impose avec une fraction de seconde. Lewis Hamilton est le patron de la grille, et chez Mercedes, en 2014.

Formule 1 - Grand Prix d'Espagne 2014
Pilote Ecurie Ecart Pts
01   L. Hamilton   Mercedes 66 tours 25
02   N. Rosberg   Mercedes +0.6 18
03   D. Ricciardo   Red Bull +49.0 15
04   S. Vettel   Red Bull +76.7 12
05   V. Bottas   Williams +79.2 10
06   F. Alonso   Ferrari +87.7 8
07   K. Räikkönen   Ferrari +1 tour 6
08   R. Grosjean   Lotus +1 tour 4
09   S. Pérez   Force India +1 tour 2
10   N. Hülkenberg   Force India +1 tour 1
11   J. Button   McLaren +1 tour
12   K. Magnussen   McLaren +1 tour
13   F. Massa   Williams +1 tour
14   D. Kvyat   Toro Rosso +1 tour
15   P. Maldonado   Lotus +1 tour
16   E. Gutiérrez   Sauber +1 tour
17   A. Sutil   Sauber +1 tour
18   J. Bianchi   Marussia +2 tours
19   M. Chilton   Marussia +2 tours
20   M. Ericsson   Caterham +2 tours
Ab   K. Kobayashi   Caterham Freins
Ab   J. Vergne   Toro Rosso Moteur
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton , Nico Rosberg , Daniel Ricciardo , Esteban Gutiérrez , Marcus Ericsson , Jean-Éric Vergne
Équipes McLaren , Toro Rosso , Mercedes , Sauber , Williams , Force India , Ferrari
Type d'article Actualités