Course - Hamilton s'impose au-dessus de la mêlée

partages
commentaires
Course - Hamilton s'impose au-dessus de la mêlée
Par : Benjamin Vinel
9 avr. 2017 à 07:43

Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix de Chine, signant au passage le troisième grand chelem de sa carrière, lors d'une course animée qui a démarré sur piste humide.

Départ
Départ
Départ : Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08 mène
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Antonio Giovinazzi, Sauber C36
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17
Marcus Ericsson, Sauber C36
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Le crash d'Antonio Giovinazzi, Sauber C36 Ferrari
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR12
Sebastian Vettel, Ferrari SF70-H et Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-17
Felipe Massa, Williams FW40
Esteban Ocon, Force India VJM10, devance Marcus Ericsson, Sauber C36
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17
Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Sergio Perez, Force India VJM10, devant Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR12
Lance Stroll, Williams FW40
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, devant Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32

En effet, c'est bel et bien une piste humide qui a accueilli les 20 monoplaces en lice pour le Grand Prix, lançant l'habituelle question : pneus pluie, intermédiaires, voire slicks ? L'ensemble du plateau a joué la sécurité avec les gommes à bandes vertes... à l'exception de Carlos Sainz, qui a tenté le pari des supertendres sur une piste qui paraissait encore bien humide, imité par Jolyon Palmer à la fin du tour de formation. Sans succès pour les deux hommes, tous deux partis à la faute dans les premiers instants de la course.

Malgré le fort potentiel chaotique d'une piste à adhérence si précaire, le départ s'est déroulé sans le moindre accrochage et sans changement de position dans le top 3 : Lewis Hamilton a conservé la tête de la course devant un Sebastian Vettel qui était décalé d'un mètre par rapport à sa position sur la grille, ce qui lui a valu une enquête des commissaires. Valtteri Bottas a conservé la troisième place, tandis que Daniel Ricciardo a pris l'avantage sur Kimi Räikkönen.

Plus loin dans le peloton, Max Verstappen a entamé une remontée foudroyante, tandis qu'un accrochage entre Sergio Pérez et Lance Stroll contraignait le pilote Williams à l'abandon dès le premier tour, dans les graviers du virage 10.

 

Giovinazzi dans le mur

Conséquence : une intervention de la voiture de sécurité virtuelle. Tous les pilotes en ont profité pour rentrer aux stands pour chausser les pneus slicks, sauf cinq : les leaders Hamilton, Bottas, Ricciardo, Räikkönen et Verstappen. Mais c'est alors qu'Antonio Giovinazzi a subi un nouveau crash violent à la sortie du dernier virage, après sa sortie en qualifications, détruisant sa monoplace contre le muret des stands ! La voiture de sécurité a fait son apparition.

 

Pour les pilotes du top 5, le dilemme des pneus se présentait à nouveau. Chacun a fini par chausser des slicks, Hamilton et Räikkönen optant notamment pour les tendres, Ricciardo et Verstappen choisissant les supertendres.

Le Safety Car s'est effacé à la fin du septième tour, lors duquel Bottas est parti en tête-à-queue et a rétrogradé au 12e rang. Le restart a été un festival de Sergio Pérez, qui a dépassé Felipe Massa et Daniil Kvyat coup sur coup, pendant que Verstappen faisait l'extérieur à Räikkönen pour la troisième place !

Hamilton et Verstappen s'envolent

Le top 5, composé de Hamilton, Ricciardo, Verstappen, Räikkönen et Vettel, se tenait dans un mouchoir de poche, même si la Mercedes de tête a rapidement creusé un écart de quelques secondes. Verstappen a pris l'avantage sur son coéquipier au 11e tour et s'est lancé à la poursuite du leader.

Au 14e tour, tandis que Verstappen se maintenant à une seconde et demie de Hamilton, Ricciardo était à la peine à plus de cinq secondes, résistant tant bien que mal aux deux Ferrari. Derrière eux, Carlos Sainz faisait une course solitaire, à trois secondes du groupe de tête mais avec cinq secondes d'avance sur la McLaren de Fernando Alonso et la Force India de Sergio Pérez.

L'autre McLaren, celle de Stoffel Vandoorne, était moins en verve. Le Belge a été rappelé à son stand au 18e tour pour abandonner, en raison d'un problème lié au carburant.

Vettel dépasse Räikkönen et Ricciardo

Alors que l'on apercevait la Toro Rosso de Daniil Kvyat dans une échappatoire, Sebastian Vettel est enfin parvenu à prendre l'avantage sur son coéquipier Kimi Räikkönen par l'intérieur au virage 6, avec la ferme intention de lancer un assaut sur son ancien partenaire Daniel Ricciardo. Ce qu'il a fait dès le tour suivant, cette fois par l'extérieur au même freinage, avec succès malgré la résistance de la Red Bull – les roues se sont entrechoquées à la sortie du virage !

 

Cependant, à ce stade de la course – au 24e tour –, Vettel accusait déjà dix secondes de retard sur Hamilton, tandis que Verstappen était relégué à six secondes du leader. L'Allemand a poursuivi sa remontée, réduisant l'écart sur le pilote Red Bull jusqu'à pousser celui-ci à un gros blocage de roue à l'épingle. Vettel s'est ainsi emparé de la deuxième place.

Le Néerlandais, quant à lui, est rentré au stand à la fin du 29e tour, troquant ses pneus actuels contre un nouveau train de supertendres et rétrogradant au sixième rang derrière la Mercedes de Bottas, remontée dans le top 5. Verstappen n'a pas tardé à donner le ton, avec le meilleur tour en course en 1'36"722, ce à quoi Hamilton a répondu par un 1'36"711 avec ses gommes tendres usées.

Verstappen a pris l'avantage sur Bottas au 33e tour sans souci, alors que Ricciardo changeait également de pneus à ce moment précis. Il restait à savoir si les Mercedes et Ferrari allaient pouvoir effectuer les 20 derniers tours avec leurs gommes tendres, et rien n'était moins sûr.

Nouvelle panne pour Alonso et McLaren

Pendant ce temps, la lutte faisait rage pour la sixième place entre Carlos Sainz et Fernando Alonso. Le pilote Toro Rosso est parvenu à prendre l'avantage sur son aîné... et quelques instants plus tard, le double Champion du monde a été aperçu au ralenti, victime d'une perte de pression de carburant selon lui. Une performance remarquable mal récompensée.

 

Ferrari a finalement pris le parti de faire rentrer Vettel au stand pour chausser un nouveau train de tendres dès la fin du 34e tour. Bottas a fait de même une boucle plus tard, puis Hamilton à la fin du 36e passage.

Räikkönen, malgré son mécontentement évident à la radio, a toutefois attendu la fin du 39e tour pour changer de gommes. À ce stade de la course, Hamilton comptait neuf secondes d'avance sur Vettel en tête, mais l'Allemand était en train de réduire l'écart. Verstappen et Ricciardo suivaient, relégués à une vingtaine de secondes.

Un étonnant Carlos Sainz tenait la cinquième place (+35 s), même s'il ne l'a pas conservée longtemps, rapidement débordé par les pilotes finlandais Räikkönen et Bottas.

En fond de peloton, Romain Grosjean se faisait remarquer par ses dépassements sur les Renault de Jolyon Palmer et de Nico Hülkenberg, ce dernier ayant de toute façon écopé de 15 secondes de pénalité pour avoir doublé à plusieurs reprises lorsque la course était neutralisée.

Ocon se hisse dans le top 10

Un autre tricolore se faisait remarquer, cette fois dans la lutte pour la dixième place, qui opposait Esteban Ocon à Felipe Massa. Le pilote Force India, qui venait de s'arrêter au stand, a porté une attaque avec succès à l'épingle. Son coéquipier Sergio Pérez, en revanche, perdait la huitième position au profit de Kevin Magnussen.

Alors que Hamilton paraissait bien parti pour s'imposer devant Vettel, les deux Red Bull bataillaient pour la troisième place, Ricciardo étant parvenu à réduire l'écart sur son coéquipier Verstappen. L'Australien a tout tenté, mais c'est bien son coéquipier qui a assuré le podium.

Lewis Hamilton s'impose donc avec le grand chelem à la clé : pole position, meilleur tour, et toute la course en tête ! Sebastian Vettel et Max Verstappen complètent le podium, ce dernier étant remonté du fond de grille, devant Daniel Ricciardo et Kimi Räikkönen.

Auteur d'un tête-à-queue, Valtteri Bottas déçoit quelque peu, alors que Carlos Sainz impressionne avec la septième place. Kevin Magnussen, Sergio Pérez et Esteban Ocon obtiennent les derniers points disponibles devant un autre tricolore, Romain Grosjean.

 

Sondage mondial des fans 2017
 Grand Prix de Chine
 PiloteÉquipeTempsPts
01 L. Hamilton Mercedes 56 tours  25
02 S. Vettel Ferrari +6.2  18 
03 M. Verstappen Red Bull +45.1  15 
04  D. Ricciardo Red Bull +46.0  12 
05 K. Räikkönen Ferrari +48.0  10 
06  V. Bottas Mercedes +48.8 
07 C. Sainz Toro Rosso +72.8 
08   K. Magnussen Haas + 1 tour 
09 S. Pérez Force India + 1 tour
10  E. Ocon Force India + 1 tour
11  R. Grosjean Haas + 1 tour   
12  N. Hülkenberg Renault + 1 tour  
13  J. Palmer Renault + 1 tour  
14 F. Massa Williams + 1 tour  
15  M. Ericsson Sauber + 1 tour  
  F. Alonso McLaren Abandon  
  D. Kvyat Toro Rosso Abandon  
   S. Vandoorne McLaren Abandon  
   A. Giovinazzi Sauber Abandon  
   L. Stroll Williams Abandon  
Prochain article Formule 1
Championnat - Les classements après le Grand Prix de Chine

Previous article

Championnat - Les classements après le Grand Prix de Chine

Next article

Les trains de pneus par pilote pour le GP de Chine

Les trains de pneus par pilote pour le GP de Chine

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Chine
Catégorie Course
Lieu Shanghai International Circuit
Pilotes Lewis Hamilton Shop Now
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Résumé de course