La course de sa vie : Carlos Reutemann à Kyalami en 1974

Pour évoquer la mémoire de Carlos Reutemann, décédé mercredi à l'âge de 79 ans, nous republions un témoignage de 2014 dans lequel l'Argentin se remémorait sa toute première victoire en Formule 1, au Grand Prix d'Afrique du Sud 1974. Un récit à la première personne.

La course de sa vie : Carlos Reutemann à Kyalami en 1974

Après les Grands Prix d'Argentine et du Brésil 1974, certains d'entre nous sont allés en Afrique du Sud pour des essais. Il y avait une course hors championnat à Brands Hatch entre les deux, avec des températures 30°C inférieures à celles de Kyalami.

C'était un lieu très pittoresque. Certaines équipes logeaient au Kyalami Ranch, près du circuit, où il y avait des courts de tennis et une piscine, des installations formidables pour la saison estivale. 

Pendant les essais, nous avions été bouleversés par le tragique accident de Peter Revson. Il était sorti de la piste au volant de sa Shadow au virage de Barbecue Bend, vraisemblablement à cause d'un problème technique. Dire que quelques instants auparavant, on partageait la piscine et on jouait au tennis.

Lire aussi :

Cette semaine d'essais avait démontré que la Brabham BT44 conçue par Gordon Murray était très agile dans le secteur opposé du circuit, et très rapide dans la ligne droite principale. 

Niki Lauda [Ferrari] avait été le plus rapide en qualifications, et je m'étais classé quatrième. Après les qualifications, Bernie Ecclestone [alors patron de Brabham] me réserva une belle surprise : j'allais utiliser pour la course un tout nouveau moteur Cosworth DFV (numéro 150), tout juste arrivé de Northampton. Pour un pilote, rien n'était comparable à la vue d'une nouveau DFV tout juste sorti de chez Cosworth ; il avait quelque chose de spécial. J'en avais aussi utilisé un nouveau en Argentine cette année-là, le #154.

Le matin des Grands Prix, il y avait toujours un doute quant au type de gomme à utiliser. Chez Goodyear, Bert Baldwin était habitué à faire face à cette question et il plaçait sur le côté droit de sa chemise une marionnette souriante sur laquelle étaient inscrits les numéros des composés recommandés. Ce matin-là, les numéros étaient : 07/00 86/87-07/35.

Lauda a conservé la tête au départ et je me suis calé derrière lui. Ma voiture était très rapide entre Barbecue Bend et Sunset Bend, avant Clubhouse, mais également après Leeukop, qui précédait la ligne droite principale où la BT44 allait à une vitesse folle. 

J'ai doublé Lauda au dixième tour [sur 78] et je me suis échappé pour décrocher ma première victoire en Championnat du monde. À environ dix tours de la fin, j'avais énormément de vibrations à l'avant et ça m'avait inquiété. 

Le lendemain matin, les organisateurs de la course ont décerné les trophées dans une maison située en banlieue de Johannesburg, où était servi un délicieux barbecue. Ils m'ont remis un trophée en forme de femme sculptée dans un rocher vert, avec une chaîne en or autour de son cou. J'ai partagé ma table avec Ed Alexander, de chez Goodyear, et il était très heureux que les pneus 07/00 aient si bien fonctionné. 

J'avais conquis ma première victoire en F1, et c'est celle dont je me souviens le mieux.

Interview réalisée par Tony Watson, publiée dans le magazine Autosport le 6 mars 2014.

partages
commentaires
Carlos Reutemann, parfois intouchable, souvent énigmatique

Article précédent

Carlos Reutemann, parfois intouchable, souvent énigmatique

Article suivant

Première au volant d'une F1 pour Lawson, avec la RB7

Première au volant d'une F1 pour Lawson, avec la RB7
Charger les commentaires