Crashgate : Piquet regrette et donne sa version des faits

La semaine dernière, les Piquet père et fils ont remporté leur procès en diffamation contre le Renault F1 Team

La semaine dernière, les Piquet père et fils ont remporté leur procès en diffamation contre le Renault F1 Team. Le terme d'une longue bataille juridique autour du plus gros scandale que la Formule 1 ait connu.

Alors qu'il se tourne vers une carrière en NASCAR, Nelson Piquet Jr a présenté des excuses pour son rôle dans les tristes évènements du Grand Prix de Singapour 2008.

"Ce fut un épisode malheureux, qui est maintenant terminé. J'ai fait une erreur, j'étais immature, je m'en excuse. Cela arrive à de nombreux jeunes qui se font une place dans le sport au niveau mondial et n'y sont pas préparés," a-t-il déclaré dans le journal brésilien Globo Esporte.

"Ce que je peux garantir, c'est que cela ne se reproduira jamais. Je redémarre ma carrière, j'ai une seconde chance, et je pense que je la mérite. J'ai déjà prouvé à tous que j'étais un pilote capable de gagner."

La semaine dernière, dans un long entretien accordé au Times, journal britannique, Piquet Jr avait expliqué dans le détail comment s'était noué le scandale de Singapour.

"Ils [Flavio Briatore et Pat Symonds] m'ont rappelé ce qui était arrivé en Allemagne, quand quelqu'un a eu un accident juste après mon ravitaillement et j'ai pu terminer à la deuxième place. 'Est-ce que tu veux aider l'équipe ?' a dit Flavio. 'Si tu plantes ta voiture au bon moment, ça pourrait tout changer'."

"À mesure que les tours étaient bouclés, je savais ce qui arrivait. C'était difficile de croire ce que je m'apprêtais à faire. J'étais presque plus nerveux à l'idée de rater le coup pour l'équipe qu'inquiet pour ma propre personne. J'avais tellement peur que j'arrivais à peine à respirer. Chaque fois que je bouclais un tour, j'essayais de voir le panneau indicateur mais c'était tellement sombre que je ne voyais pratiquement rien."

"Je criais encore et encore dans la radio : 'Dans quel tour sommes-nous ? Dans quel tour sommes-nous ?' J'ai commencé à me crisper car je savais ce que j'étais sur le point de faire, mais je ne pouvais y croire. Au 14ème tour, j'avais une boule au ventre. J'avais incroyablement peur, c'était comme dans un cauchemar. J'ai touché le mur avec le pneu arrière et j'ai ensuite appuyé sur l'accélérateur pour aller taper l'autre mur. Je n'ai ressenti aucune douleur lors de l'impact, mais j'étais plein d'adrénaline. J'avais le contrôle de la voiture tout au long de l'accident."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Nelson Piquet , Flavio Briatore
Type d'article Actualités