Formule 1
C
GP de Styrie
09 juil.
-
12 juil.
Prochain événement dans
32 jours
C
GP du 70e Anniversaire
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
60 jours

Crise : "La F1 y survivra" mais peut-être pas toutes les équipes

partages
commentaires
Crise : "La F1 y survivra" mais peut-être pas toutes les équipes
Par :
1 avr. 2020 à 15:00

Pour Christian Horner, la question n'est pas de savoir si la F1 surmontera la crise mondiale actuelle mais plutôt combien d'écuries y survivront.

À l'instar de bien des secteurs d'activité, la Formule 1 est entrée dans une crise sans précédent provoquée par la pandémie de COVID-19. Le début de saison 2020 est ajourné, l'incertitude est plus grande que jamais et l'heure est aux grandes manœuvres pour prendre les meilleures décisions possibles dans l'espoir d'assurer l'avenir. Ces deux dernières semaines, les acteurs de la catégorie reine ont démontré leur capacité, rare jusqu'ici, à trouver des accords rapides et unanimes, notamment sur la question du report de la future réglementation. Il ne s'agit que du début tant les discussions s'annoncent animées pour emprunter le chemin qui permettra à chacun d'être encore au rendez-vous lorsque se présentera la sortie de crise.

Lire aussi :

Pour Christian Horner, la F1 en elle-même n'est pas menacée. Le directeur de Red Bull Racing estime que la marque et son histoire disposent d'une force hors du commun pour surmonter cette crise. En revanche, il est du devoir de toutes les parties prenantes de faire en sorte de ne perdre personne en cours de route… ou le moins de monde possible. "La F1 est une entreprise très forte et elle a un énorme héritage", rappelle le Britannique dans une interview accordée à la BBC. "La F1 y survivra. Que toutes les équipes survivent, c'est un autre sujet, et il en va de la responsabilité de tous les directeurs d'écurie d'agir dans l'intérêts de la discipline et de tous ses participants, de faire de notre mieux pour s'assurer que les dix écuries s'en sortent."

Cette crise frappe par son ampleur autant que par son caractère inattendu et imprévisible. À ce titre, elle est difficilement comparable à la crise financière de 2008, qui avait provoqué le départ de plusieurs constructeurs. "La différence, c'est qu'en 2008 nous roulions toujours, il y avait encore un calendrier, il y avait toujours des Grands Prix", souligne Christian Horner. "On pouvait voir plus clairement le problème, tandis qu'actuellement nous sommes davantage à l'aveugle."

"Quand recommencerons-nous à courir ?", s'interroge-t-il. "C'est un scénario différent. L'année 2008 a été marquée par des pressions, et les personnes présentes à cette époque – Ron Dennis, Flavio Briatore, etc – pensaient aux intérêts de la discipline. Il est crucial que nous le fassions collectivement durant cette période. Le monde est différent aujourd'hui. Bien sûr, les recettes sont très durement touchées. Nous ne savons pas encore à quel point cela frappera la F1."

Comme d'autres qui se sont exprimés depuis le début de la crise, tels Frédéric Vasseur ou Mattia Binotto, Christian Horner plaide pour l'unité et pour une philosophie guidée par le sens commun. "Toutes les équipes ont réagi de manière responsable et collective", estime-t-il. "Évidemment, certaines écuries sont plus exposées que d'autres, particulièrement les petites, et il est important que nous essayions de protéger la communauté F1 du mieux possible."

Article suivant
Aston Martin F1 suscitera de la pression et des attentes

Article précédent

Aston Martin F1 suscitera de la pression et des attentes

Article suivant

Ricciardo explique le design de son casque et sa création

Ricciardo explique le design de son casque et sa création
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Basile Davoine