Cyril Abiteboul rebondit chez Mecachrome

Ancien patron de l'écurie Renault F1, Cyril Abiteboul conseillera désormais le groupe Mecachrome.

Cyril Abiteboul rebondit chez Mecachrome

Évincé durant l'hiver de l'écurie Renault F1, devenue Alpine F1 Team, Cyril Abiteboul va reprendre du service en tant que consultant pour le groupe Mecachrome dans ses activités sportives. Leader mondial dans la mécanique de haute précision, l'entreprise française a confirmé l'arrivée de l'ingénieur et ancien patron d'équipe à ses côtés, se réjouissant de "bénéficier du soutien et de l'expertise" du Français, âgé de 43 ans.

Coïncidence ou non, l'une des principales activités sportives de Mecachrome à l'heure actuelle concerne directement l'écurie Alpine. En effet, les deux entités ont annoncé en début d'année la prolongation de leur accord, qui fait de Mecachrome un sous-traitant important pour produire et assembler les composants majeurs de l'unité de puissance V6 turbo hybride conçue par Renault à Viry-Châtillon. Il s'agit de la continuité d'une collaboration entamée il y a plus de vingt ans.

Lire aussi :

Le travail de Mecachrome sur le moteur E Tech 21 se fait dans son usine d'Aubigny-sur-Nère, dans le département du Cher. Le contrat qui lie l'entité à Alpine F1 Team a été signé pour quatre nouvelles années, soit jusqu'au terme de la saison 2024, avant l'échéance 2025 lors de laquelle devrait intervenir le grand changement de réglementation moteur en F1.

Mecachome développe et assemble également des moteurs pour d'autres disciplines sportives, et notamment pour la Formule 2 et la Formule 3, ce qui représentait environ une cinquantaine de blocs par week-end lorsque les deux championnats courraient simultanément ces dernières années.

Entré chez Renault en 2001, Cyril Abiteboul y a gravi de nombreux échelons lors des deux dernières décennies, rejoignant la branche Renault Sport en 2010. Durant cette période, il a notamment dirigé l'écurie Caterham - alors partenaire du Losange – de 2012 à 2014 – puis a été l'un des hommes clés du retour du constructeur français avec une écurie d'usine, annoncé fin 2015 et concrétisé dès la saison 2016. Ces cinq dernières saisons, il a dirigé l'écurie d'Enstone avant de faire les frais du changement de stratégie initié par Luca de Meo, nouveau PDG du Groupe Renault. Il a été remplacé par un management à deux têtes, Marcin Budkowski devenant directeur exécutif et Davide Brivio directeur de la compétition.

partages
commentaires
Un millier de personnes autorisées à assister au GP d'Espagne
Article précédent

Un millier de personnes autorisées à assister au GP d'Espagne

Article suivant

Mercedes ne craint pas une fuite des cerveaux chez Red Bull

Mercedes ne craint pas une fuite des cerveaux chez Red Bull
Charger les commentaires