Dakar - Peugeot, ce Lion qui veut rugir de nouveau (1/2)

Peugeot réalise un véritable retour aux sources cette année en effectuant son comeback sur le Dakar

Peugeot réalise un véritable retour aux sources cette année en effectuant son comeback sur le Dakar. La marque au lion avait en effet déjà marqué de ses griffes cette classique du rallye-raid à la fin des années 80.

Tout a commencé en 1987 lorsque, à la suite de l’interdiction en Championnat du monde des Rallyes des surpuissantes voitures du Groupe B (dont la puissance de certaines, à l’image de l’Audi Quattro Sport E2, avoisinait les 600 ch !), lorsque Peugeot prend la décision d’engager sa 205 Turbo 16 en rallye-raid.

Le Paris-Dakar constituait alors un choix logique, et une formidable ère de domination, qui s'étendra de 1987 à 1990, débute ainsi pour la marque au lion. Ari Vatanen constitue la figure emblématique de cette période d’hégémonie, remportant la course en 1987 sur la 205 T16, avant de réaliser un triplé, d’abord sur une 405 T16 en 1989 et 90, puis sur une Citroën ZX en 1991.

Les péripéties d’un lion en Afrique

Le pilote finlandais aurait d’ailleurs tout aussi bien pu s’imposer en 1988, si sa voiture n’avait été dérobée durant la nuit à Bamako, capitale du Mali ! Le patron de Peugeot Sport, Jean Todt, mit alors tout en oeuvre pour retrouver la voiture. Rapidement, les rumeurs les plus diverses entourèrent cette disparition.

L'histoire officielle évoque un « kidnapping » avec demande d’une rançon équivalent à 25 millions de Francs CFA (environ 38 000 euros). Une autre interprétation laisse supposer plutôt que l’équipe Peugeot aurait elle-même orchestré cette disparition, afin de pouvoir mener à bien des réparations sur l’auto.

Toujours est-il que la 405 est retrouvée dans un terrain vague à proximité de l’aéroport de Bamako, le lendemain, à seulement quelques kilomètres du bivouac. Il est fort probable que le voleur se soit vu confronté à un obstacle de taille dans le bon déroulement de son larcin : la mise en marche du dispositif de sécurité lié à la coupure des pompes d’injection d’essence, après quelques centaines de mètres d’évasion !

La voiture retrouvée, Ari Vatanen ne peut pour autant prendre le départ de la spéciale dans le délai de 30 minutes imparti. Jean Todt aura beau plaider le cas de force majeur, le pilote Suomi se voit disqualifié. La victoire revient donc à son équipier et compatriote Juho Kankkunen, qui lui évolue toujours sur la 205 T16.

En 1989, Peugeot est une nouvelle fois au centre de toutes les attentions, avec cette fois-ci une polémique créée à mi-parcours par Jean Todt. Alors que ses deux pilotes, Ari Vatanen et Jacki Ickx, dominent cette nouvelle édition, le manager français prend la décision à mi-parcours de geler les positions par mesure de sécurité !

Problème : l’écarts entre les deux leaders étant négligeable, il semble délicat de donner la priorité à l’un des deux pilotes. Qu’à cela ne tienne, le problème va être réglé à pile ou face ! C’est Ari Vatanen qui sort vainqueur – bien malgré lui – de ce petit jeu, au grand désarroi et dégoût de Jacky Ickx.

L'année suivante, le premier passage de la marque au lion sur le Dakar se terminera avec une nouvelle victoire de Vatanen, au volant de la 405 T16.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jacky Ickx , Ari Vatanen , Jean Todt
Type d'article Actualités