Dakar - Peugeot : Despres en net progrès, Peterhansel galère

Après le calme de la journée de repos à Iquique, les pilotes du Team Peugeot Total ont retrouvé l’action et la chaleur du désert lors de la première des cinq étapes qui vont ramener les compétiteurs vers l’arrivée à Buenos Aires

Après le calme de la journée de repos à Iquique, les pilotes du Team Peugeot Total ont retrouvé l’action et la chaleur du désert lors de la première des cinq étapes qui vont ramener les compétiteurs vers l’arrivée à Buenos Aires. La spéciale de mardi était la dernière à se disputer dans le désert d’Atacama.

A la suite d’une épreuve extrêmement piégeuse, Cyril Despres a amélioré sa position au classement général grâce à un prometteur 9e chrono qui souligne ses progrès en tant que pilote auto, y compris dans des conditions difficiles. Stéphane Peterhansel était dans un excellent rythme au départ de la spéciale, montrant ainsi une nouvelle fois le potentiel de la 2008 DKR, mais il a ensuite rencontré un problème technique qui l’a retardé.

Après un départ confortablement donné à 8h45, les pilotes ont dû faire face à une impressionnante série de dunes, d’autant plus délicate à négocier que la visibilité était réduite par la poussière et le fesh-fesh que le vent maintenait dans l’air. Ce sable très fin dans lequel une voiture peut s’enliser d’un coup peut aussi obscurcir la vue, rendant alors le rôle du navigateur encore plus crucial.

Manifestement revigoré par la journée de repos, Cyril Despres a tenu un bon rythme alors que le Dakar entame sa dernière semaine de course. La façon de négocier une dune en moto est très différente de celle qui est appropriée au volant d’une voiture mais le quintuple vainqueur du Dakar en deux roues a patiemment suivi sa courbe de progression qui l’a mené à la 9e position dans le classement de cette étape, passant ainsi du 41e au 39e rang au classement général. Il s’agit, pour l’instant, de son meilleur résultat d’étape en voiture.

"J’espère que ce chrono n’est pas qu’un coup ponctuel mais plutôt le début de quelque chose de plus consistant sur la fin du parcours", souligne Despres. "Je n’ai pas vraiment attaqué mais je n’ai pas commis de grosses erreurs non plus. Nous avons toutefois dû nous arrêter deux fois, perdant entre 10 et 12 minutes à cause d’une crevaison et d’un problème avec le jack. Nous nous sommes aussi arrêtés lorsque nous avons vu Stéphane pour voir si nous pouvions l’aider. Nous avions un bon rythme et je suis content : il aurait été très facile de faire une erreur. Il était important d’emmagasiner cette expérience et je pense maintenant que je peux attaquer un peu plus chaque jour."

Stéphane Peterhansel n’a pas été si chanceux. Bien qu’ayant affiché une impressionnante pointe de vitesse au début de la spéciale, il a dû composer avec la casse d’un porte-moyeu au kilomètre 285. Il a alors dû s’arrêter et réparer. Il a pu reprendre la course à 16h15 à vitesse réduite, terminant la spéciale peu avant 19 heures, ce qui lui a valu de signer le 54e temps de la journée.

Avec Peugeot.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Stéphane Peterhansel , Cyril Despres
Type d'article Actualités