D’anciens pilotes italiens saluent les efforts visant à sauver Monza

Deux anciens pilotes italiens de Formule 1, Emanuele Pirro et Vitantonio Liuzzi, ont félicité le gouvernement régional de Lombardie pour ses efforts en vue de sauvegarder la place au calendrier du Grand Prix d’Italie à Monza.

La menace pour le statut de Monza de théâtre du Grand Prix d’Italie depuis 1950 (seule l’édition 1980 s’est déroulée ailleurs, à Imola), a provoqué un tollé quand il a été rendu public, plus tôt cette année, que le circuit peinait à réunir le budget nécéssaire pour continuer d’accueillir la course.

“Avec un investissement exonéré d’impôts, nous pouvons conclure un accord avec Bernie Ecclestone début septembre,” a assuré la semaine dernière Roberto Maroni, le gouverneur de la région de Lombardie dans laquelle Monza est situé, au quotidien italien La Gazzetta dello Sport.

S’adressant à Motorsport.com, Liuzzi et Pirro ont tous deux exprimé leur soulagement qu’un investissement soit prévu pour assurer l’avenir à long terme du Grand Prix d’Italie.

“La tradition tient un grand rôle dans notre sport, il n’est pas difficile de le voir,” a dit Pirro, qui courut en F1 pour Benetton et la Scuderia Italia entre 1989 et 1992.

L’argent permet d’acheter beaucoup de choses, mais pas l’histoire et la tradition qui doivent avoir leur place en Formule 1.

Emanuele Pirro

“Bien sûr, la F1 a besoin de se trouver de nouveaux marchés et de nouvelles frontières. Cependant, il est très important aussi de préserver l’identité de la discipline, et c’est pourquoi je suis content que le gouvernement local semble avoir trouvé une solution pour maintenir le Grand Prix d’Italie à Monza.”

“Après tout, l’argent permet d’acheter beaucoup de choses. Mais pas l’histoire et la tradition qui doivent avoir leur place en Formule 1, selon moi.”

“Le Grand Prix d’Italie fait partie de l’essence même de la F1 et du public en Italie,” a-t-il ajouté. “Je ne peux imaginer une F1 sans Monza, c’est très difficile. On ressent presque la passion et l’histoire ici.”

“J’espère que cette solution est une réalité, pour que ça puisse continuer encore et encore. Monza, c’est une atmosphère très spéciale, unique même.”

Des chicanes modifiées pour corser le défi?

Un design modifié des deux chicanes de Retaffilo et Roggia, dans le premier secteur du tracé de 5,793 km, rendrait le défi de Monza plus important et intéressant selon Pirro, qui s’est fait les dents sur ce circuit au début des années 80. Il pense que les deux premières chicanes de ce circuit sanctifié pour les Italiens mériteraient un relooking qui améliorerait l’ensemble du tour.

“Ascari est une courbe très sympa, et on ne peut pas vraiment appeler ça une chicane, pas vrai ?” a interrogé Pirro, ajoutant aussitôt : “Je pense donc que les deux premières chicanes devraient suivre l’exemple de celle d’Ascari et être plus rapides, peut-être comme les deux de la ligne droite des Hunaudières au Mans. Ce sont des courbes à vitesse moyenne, qui représentent un défi sans être un entonnoir.”

“À l’avenir, quelque chose de ce genre offrirait selon moi à la piste de Monza un joli rafraichissement tout en conservant l’esprit des lieux, en termes de pilotage.”

A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Vitantonio Liuzzi , Emanuele Pirro
Type d'article Actualités
Tags liuzzi, monza, pirro