Ricciardo ne trouve pas la clé d'une McLaren qui "cloche"

Daniel Ricciardo a vécu un Grand Prix de Grande-Bretagne "très triste", plus perplexe que jamais face à son incapacité à tirer le meilleur de la McLaren MCL36.

Ricciardo ne trouve pas la clé d'une McLaren qui "cloche"

Les courses se suivent et se ressemblent pour Daniel Ricciardo, et malheureusement pas en bien. Le pilote McLaren était relégué à deux secondes et demie de Lando Norris lors d'une Q2 pluvieuse au Grand Prix de Grande-Bretagne, battu pour la huitième fois de la saison en dix séances qualificatives ; en course, son rythme était nettement inférieur à celui de son coéquipier anglais. Tandis que ce dernier accrochait une belle sixième place, Ricciardo n'a pu faire mieux qu'avant-dernier avec un arrêt au stand supplémentaire, incapable de dépasser Nicholas Latifi en fin d'épreuve.

Manquant cruellement d'adhérence sans savoir pourquoi, Ricciardo a perdu 15 secondes sur Norris en 16 tours lors de son premier relais, puis cinq secondes supplémentaires lors des dix tours suivants malgré des pneus neufs. Après la dernière neutralisation de la course, alors que les deux McLaren étaient en gommes tendres, l'Australien a laissé filer pas moins de 21 secondes en dix boucles.

"C'était une course très triste", résume l'intéressé. "Une fois que l'épreuve a repris [après le drapeau rouge], je manquais juste d'adhérence. Je n'avais simplement pas la sensation d'évoluer au même niveau d'adhérence que les autres, je me faisais dévorer et je ne pouvais pas vraiment y faire quoi que ce soit. Cela a semblé être notre rythme pour la course. Franchement, on aurait dit que quelque chose clochait."

Daniel Ricciardo, McLaren

Daniel Ricciardo (McLaren)

"Je me rappelle avoir tourné ou freiné au virage 6, et la voiture était complètement instable. J'ai cru que j'avais une crevaison, mais quand j'ai regardé le pneu arrière, j'ai vu le DRS ouvert. Il y avait une défaillance, alors je suis rentré au stand pour la résoudre, mais nous n'avions ensuite pas pu l'utiliser car nous craignions qu'il reste encore coincé en position ouverte."

"Puis à la fin, au restart, je ne pouvais pas vraiment attaquer les voitures. Nous n'étions simplement pas rapides, alors espérons trouver quelque chose. L'Autriche sera vite là, mais espérons pouvoir y trouver quelque chose."

Ce manque de confiance au volant de la McLaren MCL36 est typique de ce que vit Ricciardo cette saison, si bien qu'il n'a marqué que 15 points quand Norris en a déjà engrangé 58. "C'est quelque chose que j'ai senti à Barcelone aussi, à vrai dire. Je ne semble simplement pas évoluer au même niveau, en somme concernant la vitesse dans les virages, la manière dont on lance la voiture en entrée : je sens les pneus qui glissent et qui n'accrochent pas, qui n'adhèrent pas."

"Nous avons roulé sur pas mal de débris avec l'accident au début, mais l'équipe a évidemment eu beaucoup de temps pour inspecter les voitures pendant le drapeau rouge. À moins que nous trouvions quelque chose que nous avons manqué, nous allons devoir continuer à creuser", conclut Ricciardo.

Lire aussi :

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires
La F1 a rendu hommage à Frank Williams à Londres
Article précédent

La F1 a rendu hommage à Frank Williams à Londres

Article suivant

Sainz : "On critique parfois la FIA, mais dans ces cas-là..."

Sainz : "On critique parfois la FIA, mais dans ces cas-là..."