Ricciardo n'a "pas de regrets" malgré le succès de Red Bull

Red Bull Racing est bien parti pour jouer le titre mondial en 2021, mais Daniel Ricciardo ne regrette pas pour autant d'avoir quitté le navire il y a deux ans et demi.

Ricciardo n'a "pas de regrets" malgré le succès de Red Bull

C'est à l'été 2018 que Daniel Ricciardo a pris la décision de quitter son nid pour rejoindre Renault, après plus de dix ans au sein de la famille Red Bull. C'est avec la marque au taureau que l'Australien avait gravi les échelons des formules de promotion, avant de passer deux saisons chez Toro Rosso puis cinq chez Red Bull en Formule 1, remportant au passage sept victoires en Grand Prix. Après trois ans aux côtés de Max Verstappen, Ricciardo avait déclaré son besoin de prendre un nouveau départ, qu'il a pris chez Renault, sans grand succès (deux podiums en deux ans), avant de rejoindre McLaren pour 2021.

Lire aussi :

La décision de rejoindre le Losange n'a donc pas porté ses fruits, et en parallèle, on ne peut que constater que la Red Bull RB16B est jusqu'à présent la monoplace la plus rapide du plateau en 2021. Pour autant : "Pas de regrets, non. C'est vrai", assure Ricciardo auprès du média australien EFTM. "L'autre jour, on m'a demandé : 'On dirait que Red Bull peut se battre pour le titre cette année, est-ce que vous regrettez de ne pas y être ?', ou bien 'Est-ce que vous pensez que vous y seriez resté jusqu'à maintenant ?'. Même si je n'étais pas parti cette année-là, même si j'étais resté chez Red Bull à la place de Renault pendant un ou deux ans, à ce stade, cette année, je serais parti. Je ne me voyais pas y passer trois ans de plus. Que j'aille chez Renault ou non, je ne me voyais pas chez Red Bull en 2021."

McLaren est en tout cas sur une pente ascendante, s'étant propulsé de la neuvième place du championnat à la troisième en quatre saisons, avec un nombre de points croissant : 30 en 2017, 62 en 2018, 145 en 2019, 202 l'an passé puis déjà 41 cette année après deux premiers Grands Prix extrêmement fructueux. Une question se pose forcément : Ricciardo peut-il remporter le titre mondial avec sa nouvelle écurie ? "Oui", répond l'actuel septième du classement général, non sans un temps d'hésitation. "La raison pour laquelle j'ai marqué une pause, c'est que… Si c'est oui ou non, alors c'est oui. Est-ce que ce sera cette année, non."

Daniel Ricciardo, McLaren MCL35M

"Mais déjà, vu les deux premières courses, je regarde mon tour [d'Imola] ; je reste convaincu que je ne tire pas le maximum de la voiture, et je n'étais qu'à quatre dixièmes de la pole environ. L'équipe a énormément réduit l'écart. La nouvelle réglementation va tout changer l'an prochain, mais je pense que ce qu'a fait l'équipe – et on dirait que cette année est un nouveau pas dans cette direction – la stabilité de la structure… L'équipe donne tout, c'est beau à voir. Cela me donne la confiance de répondre oui à votre question."

Les consignes d'équipe qui ont marqué le Grand Prix d'Émilie-Romagne ont par ailleurs été abordées lors de cet entretien ; rappelons que Daniel Ricciardo a été prié de laisser passer son coéquipier Lando Norris, ce dernier étant alors bien plus rapide ; l'intéressé a obtempéré sans broncher, bien qu'il ne fût évidemment pas ravi.

"Bien sûr, le compétiteur en moi veut rester devant, mais – ce n'est peut-être qu'une question de maturité et d'expérience – j'ai reconnu que je n'étais pas assez rapide, concrètement", explique Ricciardo. "Je pense être mon principal détracteur. Dans ma tête, je me disais que si j'étais suffisamment rapide, j'aurais creusé l'écart et je ne serais pas dans cette position. Ce n'est pas comme si l'équipe m'avait retenu pour que Lando ait cette place, j'en étais le seul responsable. Bien sûr, je ne suis pas encore au niveau que je souhaite ; je vais encaisser ça sans broncher et trouver un moyen d'être meilleur, plutôt que de m'insurger. Je ne veux vraiment pas créer de friction dans l'équipe dès la deuxième course."

partages
commentaires
Des courses sprint à chaque GP en 2022 ? C'est peu probable
Article précédent

Des courses sprint à chaque GP en 2022 ? C'est peu probable

Article suivant

Alfa Romeo nomme Callum Ilott pilote de réserve

Alfa Romeo nomme Callum Ilott pilote de réserve
Charger les commentaires