Daniel Ricciardo ressent déjà moins de pression

Daniel Ricciardo avait ressenti la pression de l’enjeu, au Canada, lorsqu’il avait réalisé qu’il tenait là une belle chance de signer sa première victoire en Grand Prix

Daniel Ricciardo avait ressenti la pression de l’enjeu, au Canada, lorsqu’il avait réalisé qu’il tenait là une belle chance de signer sa première victoire en Grand Prix. En gardant toute sa composition, le pilote Red Bull avait ainsi triomphé, profitant des malheurs des pilotes de Mercedes, mais également en gérant au mieux sa stratégie pneumatique, notamment face à Vettel.

A Budapest, où il a réédité l’exploit de remporter la course en réalisant plusieurs dépassements dans les toutes dernières boucles, l’Assassin Souriant se trouvait déjà bien plus en confiance, après avoir déjà goûté à la gagne. La position du chasseur est appréciée de l’Australien, qui aime attendre le bon moment pour attaquer ses victimes.

Moins de pression sur les épaules

"C’est totalement sensé", estime-t-il lorsqu’on lui demande s’il est plus facile de décrocher une seconde victoire une fois la pression de la première fois évacuée. "Il faut savoir garder son calme lorsque vous prenez la tête de la course. Je l'ai prise alors qu'il restait encore trois tours à effectuer. Une situation qui différait peu de celle du Canada, même si j'étais beaucoup plus serein cette fois-ci".

"Je ne dirais pas que j'ai commis de faute au Canada, mais mon pouls s'était nettement accéléré. Cette fois, je me suis senti en pleine possession de mes moyens. Je pense que me retrouver là, connaissant ce sentiment, sachant que je peux le faire... Oui, cette deuxième victoire était plus facile à gérer pour moi".

Serein et sachant qu’il disposait de la bonne stratégie, Ricciardo a beaucoup communiqué avec

son ingénieur de course Simon Rennie

en course, et osé une stratégie légèrement différente de celle d’Alonso et Hamilton.

"Oui, je me posais beaucoup de questions sur les derniers arrêts, notamment le tout dernier", avoue le pilote Red Bull. "Nous savions que cela nous permettrait de terminer la course en toute sécurité, avec de bons pneus. Mais cela signifiait également que j'aurais à dépasser deux voitures rapides en fin de course. C'était la bonne décision. Mais à ce moment-là, je n'en étais pas encore certain. Simon a eu raison. Il m'a dit : 'Tu vas rattraper Lewis et Fernando, alors ne tue pas tes pneus à essayer de le faire'. "

Le {Ratel est prêt à mordre!}

10 jours "off" pour décompresser

Avec deux succès et trois autres podiums sur les 11 premières manches de la saison, Ricciardo est pour l’heure le mieux classé des pilotes non-Mercedes.

"Je pense que je vais certainement partir en retraite. C'est la seule chose possible. Récupérer une motocross, quelques moutons à surveiller... Non, je plaisante !", s’esclaffe-t-il au moment de penser au futur proche. "C'est les vacances maintenant ! Dix jours "off", pour prendre du bon temps, voir des amis de passage en Europe".

Avant cela, l’Australien a bien fêté sa victoire hongroise, qui tombait à un timing parfait pour de belles célébrations. "J'ai demandé à mes ingénieurs et mon coach d'annuler leur vol ! Le programme est de se réveiller avec la gueule de bois. J'ai de la chance : j'ai remporté mes deux courses dans des villes où les endroits pour faire la fête ne manquent pas. Et j'ai bien l'intention d'en profiter !", lançait-il dans un clin d’œil à Budapest…

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Daniel Ricciardo
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités