Formule 1
12 mars
-
15 mars
Événement terminé
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
85 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
106 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
120 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
134 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
162 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
169 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
183 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
190 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
225 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
239 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
253 jours

Le DAS de Mercedes interpelle Vettel sur la sécurité

partages
commentaires
Le DAS de Mercedes interpelle Vettel sur la sécurité
Par :
20 févr. 2020 à 20:05

Sebastian Vettel se montre dubitatif devant le système novateur testé par Mercedes : non seulement il doute de sa capacité à faire une grosse différence de performance, mais il s'interroge aussi sur sa sécurité.

C'était le sujet du jour dans le paddock, et si le nouveau système révolutionnaire testé par Mercedes à Barcelone a beaucoup fait parler les observateurs, il a également alimenté les conversations dans le secret des écuries. Comme tout le monde, Sebastian Vettel a découvert son existence à travers les images des caméras embarquées de Lewis Hamilton, lorsque celui-ci bougeait son volant d'avant en arrière avec une incidence manifeste sur les roues avant.

Lire aussi :

"Je l'ai vu et nous en avons discuté au moment du déjeuner", raconte le pilote Ferrari. "C'est évidemment intéressant. J'imagine que le fait qu'ils roulent avec signifie que c'est légal. Je ne sais pas, mais on appelle ça un volant, pas une roue que l'on tire ou que l'on pousse ! Je ne sais pas si ça fonctionne. J'imagine qu'il y a énormément de travail pour mettre ça en piste et ce n'est probablement pas aussi facile qu'il n'y paraît pour le pilote. Nous verrons, mais c'était une nouveauté à observer pour nous." 

"Je l'ai découvert juste avant le déjeuner, et nous avons ensuite analysé quelques caméras embarquées. Bien sûr, nous avons de la chance d'avoir des caméras embarquées ici, sinon peut-être que nous ne l'aurions pas vu. Nous avons beaucoup de choses à faire sur notre voiture. Donc je ne sais pas si c'est simple à faire ou non, je suppose que non, car ça n'est jamais facile. Mais j'imagine que ce n'est pas facile à utiliser non plus."

Vettel ne croit pas au "ticket gagnant"

La préoccupation de Vettel autour de ce nouveau système, baptisé DAS et pour l'heure considéré comme conforme par la FIA, n'est pas tellement dans les bénéfices de performance qu'il peut apporter. Le quadruple Champion du monde estime qu'il ne s'agit pas du "ticket gagnant" et que tout dépend de l'ensemble du fonctionnement de la monoplace autour. "Je pense qu'il y a beaucoup plus d'éléments pour améliorer la compétitivité d'une voiture, mais il est clair que c'est une innovation, et nous verrons si c'est quelque chose que tout le monde doit imiter ou non." 

Non, ce qui perturbe le pilote allemand, c'est la manipulation du pilote pour utiliser le DAS, qui vient s'ajouter à d'autres tâches déjà très nombreuses au volant. Vettel s'interroge sur la sécurité d'un tel dispositif, qu'il compare au F-duct apparu en 2010 et qui nécessitait une action de la main ou du genou par le pilote avant d'être interdit.

Le F-duct sur la McLaren MP4-25 en 2010

Le F-duct sur la McLaren MP4-25 en 2010

"C'est assez bizarre, je pense, d'avoir la sensation de pouvoir se retrouver tout à coup avec uniquement le volant entre les mains", explique-t-il. "Je peux juste imaginer que ça doit paraître bizarre. Mais il est clair que si ça permet d'aller plus vite et qu'il n'y a pas de préoccupations, il faut choisir cette option. Nous avions le F-duct il y a plusieurs années, il y a dix ou onze ans, et nous pilotions quasiment avec une seule main sur la plupart des circuits. Ce n'était pas sécurisé, mais c'était rapide. Donc on fait ce qu'il faut faire, mais c'est aussi pour ça qu'il y a la FIA, pour prendre soin de nous et s'assurer que les choses ont du sens, que l'on a les mains sur le volant."

"Imaginez que vous êtes habitués à faire quelque chose… Imaginez que vous êtes habitués à courir avec des chaussures de sport, et que quelqu'un vous demande de courir avec des tongs. On peut le faire, mais ça doit être différent. Ce n'est évidemment pas aussi extrême, mais on ajoute quelque chose de totalement nouveau et qui paraît probablement étrange et bizarre au départ. Bien entendu, si ça donne un avantage, que l'on peut le faire et qu'il y a la capacité de le faire en s'entraînant suffisamment, alors pourquoi pas ?"

Propos recueillis par Adam Cooper  

Related video

Article suivant
Grosjean explique sa sortie de piste à Barcelone

Article précédent

Grosjean explique sa sortie de piste à Barcelone

Article suivant

Kimi Raikkonen: "Un pas en avant par rapport à l'an passé"

Kimi Raikkonen: "Un pas en avant par rapport à l'an passé"
Charger les commentaires