De la Targa Florio à la Parabolica, deux mondes opposés

Ce dimanche aura lieu le Grand Prix d'Italie sur le célèbre circuit de Monza, une épreuve devenue au fil du temps la seule vraie course automobile d'envergure mondiale à se dérouler chez nos voisins transalpins

Ce dimanche aura lieu le Grand Prix d'Italie sur le célèbre circuit de Monza, une épreuve devenue au fil du temps la seule vraie course automobile d'envergure mondiale à se dérouler chez nos voisins transalpins. Pourtant, l'âge d'or du sport automobile rime avec des courses d'une autre époque comme les Mille Miglia et la Targa Florio.

Au début des années soixante-dix, cette dernière était le théâtre de véritables batailles entre prototypes sur des routes parfois à peine plus larges que les voitures qui y étaient lancées à pleine allure. Chaque printemps, les plus grands noms du sport automobile que sont Ferrari, Porsche, Alfa Romeo ou bien encore Mercedes se retrouvaient en Sicile pour se défier sur le circuit des Madonies, tracé sur des routes publiques et long de soixante-douze kilomètres. Reliant les villes de Cerda, Caltavuturo, Scillato, Collesano et Campofelice, ce véritable morceau de bravoure imposait l'humilité même aux plus grands pilotes.

La photographie illustrant cet article, prise en 1970, montre à quel point le public faisait partie intégrante de l'épreuve, les spectateurs pouvant approcher la Porsche 908/3 Spyder de Jo Siffert et Brian Redman s'en allant vers la victoire comme l'on approcherait aujourd'hui un coureur cycliste. En ces temps, la sécurité n'était qu'une préoccupation secondaire, bien loin de nos jours où elle est, selon certains, poussée à l'excès comme ce week-end à Monza : la fameuse courbe Parabolica a perdu son aspect impitoyable depuis que son dégagement a été goudronné il y a quelques semaines. En quarante ans, les choses ont décidément bien évolué…

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Brian Redman
Équipes Mercedes , Ferrari
Type d'article Actualités