Dennis - Alonso savait dans quoi il mettait les pieds

Pour Ron Dennis, Fernando Alonso était pleinement conscient du challenge qui l’attendait en choisissant de rejoindre McLaren-Honda en 2015.

Dennis - Alonso savait dans quoi il mettait les pieds
Fernando Alonso, McLaren avec Bernie Ecclestone, sur la grille
Fernando Alonso, McLaren Honda
Fernando Alonso, McLaren MP4-30
Fernando Alonso, McLaren MP4-30
Fernando Alonso, McLaren MP4-30
Fernando Alonso, McLaren MP4-30

En fin d’année 2014, le double Champion du Monde annonçait son départ de la Scuderia Ferrari pour rejoindre McLaren et ainsi y effectuer son retour, en parallèle d’un autre comeback à Woking, celui du motoriste Honda.

Cependant, l’année 2015 a été très difficile pour l’écurie britannique et son partenaire japonais, handicapés par de graves problèmes de performances et de fiabilité en piste, ayant relégué l'écurie en fond de peloton.

Pour Ron Dennis, président du McLaren Group, l’Espagnol savait dans quelle aventure il allait mettre les pieds : "Le contrat de Fernando est de trois ans, sans clauses de performance, sans rien," explique-t-il sur le site Internet officiel de la Formule 1.

"Il a toujours su que 2015 serait une année d’apprentissage. Il sait également que, avec Honda, nous allons faire de gros progrès. Donc il nous a rejoints en ayant les yeux ouverts."

"Avec l’expertise et l’expérience qu’il a cultivées sur les 15 dernières années passées à courir en Formule 1, il se dresse toujours avec énergie et enthousiasme. Il a eu de meilleures saisons que 2015, évidemment, mais il sait que de grandes années l’attendent, avec McLaren-Honda."

Après un premier passage lui aussi difficile en 2007, mais plutôt dans l’aspect extra-sportif en raison d'une concurrence interne tendue avec Lewis Hamilton, Dennis juge que Fernando Alonso est revenu à Woking avec plus de maturité.

"Fernando est aussi travailleur qu’il est talentueux, n’en doutez pas. Il a énormément mûri depuis son dernier passage chez nous, il y a huit ans, et il est dorénavant un des pilotes les plus complets avec lequel j’ai eu le privilège de travailler."

"Il a ce que j’appelle souvent les quatre "E" que tous les pilotes de course devraient aspirer à cultiver : énergie, enthousiasme, expertise et expérience."

partages
commentaires
La saison 2015 de Nico Rosberg en 50 photos
Article précédent

La saison 2015 de Nico Rosberg en 50 photos

Article suivant

Félix da Costa conserve finalement le soutien de Red Bull

Félix da Costa conserve finalement le soutien de Red Bull
Charger les commentaires