La crainte d'un départ bouillant et d'un "carnage" à Mexico

partages
commentaires
La crainte d'un départ bouillant et d'un
Par : Basile Davoine
28 oct. 2018 à 11:53

L'excitation et la passion promettent d'être à leur maximum ce soir à 20h10, lorsque les feux rouges s'éteindront sur la grille de départ du Grand Prix du Mexique...

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+, et Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+
Un pneu Pirelli et un ingénieur de la marque
Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1 W09 EQ Power+ sort de la piste
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 et Toto Wolff, directeur de Mercedes AMG F1
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14
Marcus Ericsson, Sauber C37
Max Verstappen, Red Bull Racing RB14
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari

Chez Mercedes, on regarde avec crainte et sourire de circonstance la manière dont s'est établie la grille de départ du Grand Prix du Mexique. Toto Wolff ne s'en cache pas, il craint un départ bouillant dimanche soir, qui pourrait faire des dégâts compte tenu de la longue ligne droite menant au premier virage et de l'ordre dans lequel les monoplaces seront positionnées.

"La grille a le potentiel pour un carnage dans la ligne droite et dans les premiers virages", prévient le directeur de Mercedes. "Il y a en première ligne les deux Red Bull, qui ont la moins bonne vitesse de pointe, puis nous et les Ferrari, qui sont 10 km/h plus rapides que tout le monde. J'essaie de visualiser à quoi ça pourrait ressembler au bout de la ligne droite et dans le premier virage, et j'espère juste que nous nous en sortirons avec deux voitures intactes."

L'an passé, le premier freinage du Grand Prix du Mexique avait déjà été un point chaud, théâtre de contacts entre Verstappen, Vettel et Hamilton. Cette fois, c'est Daniel Ricciardo qui s'élancera en pole position, avec à ses côtés un Max Verstappen revanchard, ce qui pourrait ajouter des étincelles à ce contexte déjà explosif.    

Lire aussi:

"Ils sont libres de courir, mais ils doivent le faire proprement", prévient le directeur de Red Bull, Christian Horner, qui redoute lui aussi un départ sous très haute tension. "La course ne va pas se gagner au premier virage, tout dépendra de la gestion des pneus. Comme nous avons pu le voir, ils sont incroyablement fragiles, et il faudra nous assurer d'avoir une stratégie qui nous permet de rester devant les Ferrari et les Mercedes. Ils [Ricciardo et Verstappen] la veulent vraiment tous les deux [la victoire], et c'est le danger. Mais ils font tous les deux partie de l'équipe et ils doivent garder ça à l'esprit."

Quatrième sur la grille de départ, Sebastian Vettel sera lui aussi particulièrement observé, alors qu'il a accumulé les ennuis en début de course ces derniers temps.

"Tout dépend de mon départ", explique le pilote Ferrari. "Nous partons du côté sale de la piste, et je ne sais pas à quel point c'est un désavantage, mais il y a un long chemin à parcourir jusqu'au premier virage. Habituellement, le problème c'est qu'il n'y a pas de place où aller. Nous verrons comment les autres prennent leur envol, et comment se passe le nôtre."

Article suivant
Pirelli prévoit deux arrêts pour le GP du Mexique

Article précédent

Pirelli prévoit deux arrêts pour le GP du Mexique

Article suivant

La panne "inhabituelle" de Bottas ne menace pas Hamilton

La panne "inhabituelle" de Bottas ne menace pas Hamilton
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Mexique
Lieu Autodromo Hermanos Rodriguez
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités