Dépasser "aurait été plus difficile" sans les changements 2019

partages
commentaires
Dépasser
Par :
Co-auteur: Fabien Gaillard
19 janv. 2019 à 10:49

Pat Symonds, expert technique de la Formule 1, estime que le nombre de dépassements aurait été "encore pire" sans la simplification des ailerons avant décidée pour 2019, même s'il avertit les fans qu'il ne faut pas s'attendre à un changement révolutionnaire.

Les règles vont cette année entraîner l'instauration d'ailerons avant et de déflecteurs simplifiés, ainsi que d'autres modifications mineures, pour rendre plus aisé le fait de suivre de près une autre F1 et améliorer la qualité du spectacle en favorisant les luttes.

Alors que plusieurs figures du paddock appartenant à différentes équipes ont fait part de leurs doutes concernant l'impact réel de ces changements, le responsable technique multi-titré qu'est Symonds, qui travaille désormais pour le compte de la F1, pense qu'ils seront essentiels.

"La Formule 1 se développe à un rythme effrayant, c'est sans répit", a déclaré le Britannique dans le cadre de l'Autosport International Show. "Si nous n'avions rien fait, les voitures 2019 auraient été encore plus difficiles à suivre que les voitures 2018."

Lire aussi :

"Il faudra voir quand nous aurons les résultats. Ne vous attendez pas à un changement radical mais croyez-moi, ça aurait été pire. Ce que nous avons fait c'est, au moins, de maintenir le statut quo et je suspecte qu'en fait nous avons un petit peu amélioré les choses."

Les modifications pour 2019 sont dans les faits une étape intermédiaire avant une réforme plus profonde en 2021. D'ailleurs, un des arguments derrière ces changements est qu'ils vont permettre à la F1 d'évaluer la direction prise et permettre des corrections pour que la réglementation 2021 soit la meilleure possible.

Symonds a ainsi insisté sur l'aspect "minime" des changements pour la saison à venir par rapport à ce qui est prévu pour l'avenir. "Avec 2021, nous essayons d'avoir une approche plus globale pour tout. L'aérodynamique en représente la majeure partie mais, croyez-moi, ce n'est pas tout. Nous nous penchons sur le contrôle des coûts, nous nous penchons sur des pièces standards qui ne deviennent pas des facteurs différenciants dans la performance."

"Sur le plan aérodynamique, j'ai désormais un groupe qui travaille pour moi, qui regarde vraiment dans le détail le design des voitures, purement pour améliorer la traînée et pour permettre aux voitures derrière la voiture leader d'avoir quand même de bonnes performances. Ça ne sera jamais parfait. On ne peut pas changer les lois de la physique, mais nous avons énormément progressé."

Article suivant
Fittipaldi en quête d'un programme 2019, malgré la contrainte Haas

Article précédent

Fittipaldi en quête d'un programme 2019, malgré la contrainte Haas

Article suivant

L'audience de la F1 continue d'augmenter

L'audience de la F1 continue d'augmenter
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Scott Mitchell
Be first to get
breaking news