Des difficultés mais du rythme pour Mercedes

Une nouvelle fois, les Mercedes se sont montrées les plus rapides lors des deux séances d'essais libres, disputées ce vendredi sur le circuit de Barcelone. De bonnes positions pour la marque à l'étoile, au cours d'une journée étrange, le grip de la piste étant particulièrement bas.

"C'était une journée étrange mais bonne pour nous, avec un pilote en première position à chaque séance. On pouvait voir que c'était difficile pour tout le monde, avec des conditions difficiles qui rendaient les vues en caméra embarquée spectaculaires! Nos deux pilotes se plaignaient d'un manque de grip, et ça devait être la même chose pour tout le monde" a déclaré Toto Wolff, patron de Mercedes Motorsport.

La deuxième séance a elle accouché d'écarts particulièrement élevés entre les différentes écuries, mais une nouvelle fois les Mercedes semblaient tenir le bon bout. Wolff se félicite du rythme de ses monoplaces dans le troisième secteur.

Le dernier secteur sera-t-il décisif ?

"La 2e séance était étrange, avec de grands écarts, et nous avons pu voir que la voiture se comportait mieux en pneus prime avec les chaudes températures. Comme l'année dernière, nous semblons être performants dans le dernier secteur, où on doit arriver en ayant bien conservé les pneus, c'est donc une bonne chose."

Pour Paddy Lowe, directeur exécutif technique, la bataille s'annonce serrée en course, les Mercedes semblant avoir tout de même certaines difficultés à gérer les pneumatiques sur les longs relais...

"Notre rythme était encourageant sur les deux composés de pneumatiques, et nous nous attendons à une nouvelle bataille féroce. Sur les longs runs, nous avions quelques problèmes pour gérer les pneumatiques, donc nous avons travaillé d'arrache-pied ce vendredi soir pour trouver les solutions nécessaires."

A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP d'Espagne
Circuit Circuit de Barcelona-Catalunya
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités
Tags barcelone, déclaration, mercedes, paddy lowe, reaction, toto wolff