Diaporama - Quand la colère de Vettel inonde les ondes

partages
commentaires
Diaporama - Quand la colère de Vettel inonde les ondes
Par : Fabien Gaillard
19 févr. 2017 à 14:00

F1 Racing a sélectionné dans sa dernière édition les plus célèbres envolées lyriques de Sebastian Vettel à la radio.

Diapo
Liste

Turquie 2010

Turquie 2010
1/15

Photo de: XPB Images

À égalité en tête du classement avant le Grand Prix de Turquie, Mark Webber et Sebastian Vettel s'accrochent dans le 40e des 58 tours, alors qu'ils sont en lutte pour la première place. L'Allemand abandonne pendant que l'Australien doit s'arrêter aux stands et laisser le doublé aux McLaren de Lewis Hamilton et Jenson Button.

Turquie 2010

Turquie 2010
2/15

Photo de: XPB Images

Dans sa voiture, Vettel fulmine et estime que Webber est responsable : "Qu'est-ce qu'on fait, bordel ? Quel accident stupide ! Je rentre chez moi !" Après être sorti de sa voiture, il pointera son index contre sa tempe et lui fera faire de petits cercles, cela signifiant "il est fou".

Malaisie 2013

Malaisie 2013
3/15

Photo de: Hazrin Yeob Men Shah

Alors que l'on se dirige vers la fin du Grand Prix de Malaisie, Red Bull décide de figer les positions en tête avec le fameux "Multi 21", indiquant que le pilote n°2 - Mark Webber - devait rester devant le pilote n°1 - Sebastian Vettel.

Malaisie 2013

Malaisie 2013
4/15

Photo de: XPB Images

Mais l'Allemand ne l'entend pas de cette oreille et lâche à la radio, sur un ton désinvolte : "Mark est trop lent, faites-lui dégager le passage. Il est trop lent." Quelques instants plus tard, il se portera à l'attaque de son équipier, malgré la réprobation de Christian Horner ("Allez, c'est stupide Seb"), et le passera pour s'adjuger la victoire.

Abu Dhabi 2015

Abu Dhabi 2015
5/15

Photo de: XPB Images

Lors du GP d'Abu Dhabi 2015, il se plaint d'être bouchonné par Fernando Alonso : "Je veux dire, il doit vraiment me haïr, je ne sais pas quel est son problème. Je perds une seconde juste à cause de ça."

Chine 2016

Chine 2016
6/15

Photo de: XPB Images

Lors du départ du Grand Prix de Chine 2016, Vettel se trouve derrière son équipier. À l'abord du premier virage, il parvient être à côté de lui mais les deux Ferrari sont un peu larges et Daniil Kvyat, dans la Red Bull, en profite pour s'infiltrer à l'intérieur.

Chine 2016

Chine 2016
7/15

Photo de: XPB Images

Surpris, Vettel fait alors un écart sur la gauche et percute Räikkönen, l'envoyant en dehors de la piste. Alors qu'il n'a commis aucune erreur, le Russe subit le courroux radiophonique du quadruple champion du monde : "Je l’ai percuté. Je n’avais pas le choix. J’avais la Red Bull qui arrivait à l’intérieur comme un fou. Et j’ai touché Kimi… L’attaque de Kvyat était suicidaire. Ça allait forcément créer un accident."

Russie 2016

Russie 2016
8/15

Photo de: XPB Images

Contraint de changer de boîte de vitesses après les qualifications, Vettel s'élance du septième rang. Il prend un bon envol, se retrouve devant Kvyat et à côté de Daniel Ricciardo au moment d'aborder le premier freinage.

Russie 2016

Russie 2016
9/15

Photo de: XPB Images

Mais le Russe le percute une première fois dans le virage 2, ainsi que dans le virage 3 où l'Allemand abandonnera non sans faire connaître sa colère : "Putain de merde ! C'est qui, bordel ? Crash ! Il m’a touché à l’arrière dans le virage 2 et ensuite quelqu’un m’a encore touché à l’arrière dans le virage 3. Putain de merde. Qu’est-ce qu’on fait là ?" Plus tard, il ira même toucher deux mots de cet incident à Christian Horner, le directeur de Red Bull.

Espagne 2016

Espagne 2016
10/15

Photo de: XPB Images

Alors qu'ils ont tous les deux été placés sur une stratégie différente de leur équipier, supposée meilleure, Vettel et Ricciardo se retrouvent longtemps en lutte pour la troisième place, les espoirs de victoire s'amenuisant.

Espagne 2016

Espagne 2016
11/15

Photo de: XPB Images

Sentant la victoire lui échapper, l'Australien tente tout pour passer et essayer de fondre sur les leaders, dont une manoeuvre osée et vouée à l'échec au premier virage, où Vettel doit ouvrir la porte pour éviter le contact : "Si je n’avais pas évité ça, il aurait juste foncé tout droit dans ma voiture. Honnêtement, qu’est-ce qu’on fait ? De la course ou du ping-pong ?"

Europe 2016

Europe 2016
12/15

Photo de: McLaren

Coincé derrière la McLaren d'Alonso à Bakou, Vettel n'est pas tendre avec la le rythme de son homologue : "Je perds de la température dans les pneus comme un fou parce qu'Alonso fait un tour en bus autour de Bakou."

Allemagne 2016

Allemagne 2016
13/15

Photo de: Ferrari

Alors qu'il est seul en cinquième place du GP d'Allemagne, à 25 tours du but, Vettel se voit intimer l'ordre de rentrer. La suite se passe de commentaires :

Ferrari : Box, Sebastian, box pour de nouveaux [pneus] option.

Vettel : Négatif. Je vais faire deux tours de plus. Les pneus sont toujours bons.

Ferrari : C’est la seule façon que nous avons de faire l’undercut sur quelqu’un. Rentre maintenant.

Vettel : Ils sont loin devant… sur qui voulez-vous faire l’undercut ?

Ferrari : Oh, okay, reste en piste.

Mexique 2016

Mexique 2016
14/15

Photo de: Red Bull Content Pool

En lutte avec Max Verstappen pour la troisième place, Vettel voit le Néerlandais commettre une erreur dans le virage 1, couper dans l'herbe, et conserver sa position. L'Allemand est furieux que le pilote Red Bull ne le laisse pas passer : "C’est un ***, voilà ce qu’il est. Je suis le seul ou vous voyez aussi ce que je vois ? Il me ralentit pour Ricciardo !"

Mexique 2016

Mexique 2016
15/15

Photo de: XPB Images

Finalement, devant cette fin de course qui lui échappe, et cerné par les Red Bull, l'Allemand implose quand son équipe veut lui dire ce que Charlie Whiting, le directeur de course, pense de la situation :

Ferrari : Charlie a dit...

Vettel : Ouais... tu sais quoi ? Voici un message pour Charlie : va te faire foutre ! Honnêtement, va te faire foutre !

Prochain article Formule 1
Enjeux 2017 : vers une résurrection des grands de la F1 ?

Previous article

Enjeux 2017 : vers une résurrection des grands de la F1 ?

Next article

Pérez se méfie du jeune loup Ocon

Pérez se méfie du jeune loup Ocon

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Sebastian Vettel Shop Now
Équipes Ferrari Shop Now , Red Bull Racing
Auteur Fabien Gaillard
Type d'article Diaporama