Diaporama - Les motoristes de McLaren en F1

partages
commentaires
Diaporama - Les motoristes de McLaren en F1
Stefan Ehlen
Par : Stefan Ehlen
24 sept. 2017 à 18:00

Avec l'officialisation de l'alliance entre McLaren et Renault pour 2018, l'équipe de Woking va connaître son neuvième motoriste différent en F1. Retour sur les différents partenaires de la structure fondée par Bruce McLaren.

Diapo
Liste

1966 : Ford et Serenissima

1966 : Ford et Serenissima
1/15

Photo de: LAT Images

Pour son tout premier GP en F1, McLaren dispose d'un moteur V8 Ford, qui sera également utilisé lors de ses troisième et quatrième courses, avec comme meilleur résultat une cinquième place aux États-Unis. En Grande-Bretagne, la M2B sera équipée d'un propulseur Serenissima, qui n'est autre qu'un moteur ATS rebadgé. Il permettra d'inscrire le point de la sixième place.

1967 : BRM

1967 : BRM
2/15

Photo de: LAT Images

Pour sa deuxième saison, McLaren est propulsé par des moteurs BRM. L'écurie inscrit trois points lors de sa première sortie de l'année, à Monaco. Ce seront les seuls de la saison.

1968 : BRM et Ford

1968 : BRM et Ford
3/15

Photo de: LAT Images

McLaren retrouve Ford pour sa troisième saison en F1, mais cette fois, c'est avec le fameux V8 Cosworth qui régnera longtemps sur la discipline. L'écurie signera ses trois premières victoires dans la discipline et terminera la saison au deuxième rang chez les constructeurs. Le moteur BRM sera principalement utilisé par Jo Bonnier, engagé sur une voiture privée.

1969 : Ford

1969 : Ford
4/15

Photo de: LAT Images

La collaboration avec Ford se poursuit la saison suivante, avec une victoire et la quatrième position chez les constructeurs.

1970 : Ford et Alfa Romeo

1970 : Ford et Alfa Romeo
5/15

Photo de: LAT Images

Si Ford demeure le partenaire principal, Andrea de Adamich est lui équipé de blocs moteurs Alfa Romeo. Cette alliance ne rapportera aucun point en quatre courses. Avec Ford, McLaren terminera cinquième chez les constructeurs, sans victoire mais avec cinq podiums. En juin, cependant, Bruce McLaren se tue en Can Am. L'écurie lui survivra.

1971-1983 : Ford

1971-1983 : Ford
6/15

Photo de: LAT Images

Les années 1970 marquent la première période faste de McLaren qui remportera 26 victoires en 13 saisons et surtout ses premiers titres. Ainsi, Emerson Fittipaldi (photo) devient en 1974 le premier Champion au volant d'une McLaren, la même année que le premier titre constructeurs, alors que James Hunt est couronné en 1976.

1983-1987 : TAG Porsche

1983-1987 : TAG Porsche
7/15

Photo de: LAT Images

Après une fin d'années 1970 et un début d'années 1980 compliqués, Ron Dennis arrive à la tête de McLaren, ce qui booste l'écurie. Il parvient à convaincre Porsche de construire des moteurs pour son équipe, avec l'aide de l'entreprise TAG d'un nouvel actionnaire, Mansour Ojjeh, qui va financer cette opération. Cette collaboration fructueuse, qui démarre en 1983 (photo), marque le début de l'âge d'or de McLaren qui remporte tous les titres mis en jeu en 1984 et 1985, ainsi que le titre pilotes en 1986 grâce à Alain Prost.

1988-1992 : Honda

1988-1992 : Honda
8/15

Photo de: LAT Images

En 1987, le TAG Porsche est en bout de course. C'est la fin du premier chapitre de l'ère Dennis. Le second sera meilleur encore : Honda décide de rejoindre McLaren en 1988, en même temps qu'un certain Ayrton Senna. L'alliance entre les châssis britanniques, les moteurs nippons et un duo des meilleurs pilotes de l'époque écrase tout en 1988 et 1989. Malgré le départ de Prost fin 1989, Senna et McLaren remportent ensuite les titres 1990 et 1991. La concurrence, matérialisée par Williams-Renault, finit par reprendre le dessus et domine la saison 1992. Honda annonce alors son retrait.

1993 : Ford

1993 : Ford
9/15

Photo de: LAT Images

En 1993, McLaren retrouve un V8 Ford. Mais ce dernier n'est pas suffisant pour espérer mieux que quelques victoires parfois acquises en grande partie grâce au talent de Senna. Les cinq succès de la saison seront les derniers pour McLaren, avant l'entrée dans une période de vaches maigres.

1994 : Peugeot

1994 : Peugeot
10/15

Photo de: Sutton Motorsport Images

Et pour débuter ces heures difficiles, McLaren s'allie avec Peugeot. Le constructeur français fait de l'équipe une structure d'usine, mais la collaboration tourne court, s'achevant au bout d'une seule saison, après huit podiums tout de même.

1995-2014 : Mercedes

1995-2014 : Mercedes
11/15

Photo de: Sutton Motorsport Images

La saison suivante, McLaren se tourne alors vers Mercedes-Benz. Si les débuts sont poussifs, le partenariat offrira sa première victoire à McLaren en quatre saisons début 1997, avant les deux titres de Mika Häkkinen en 1998-1999 et la couronne chez les constructeurs en 1998, qui demeure la dernière de l'Histoire de Woking à ce jour.

1995-2014 : Mercedes

1995-2014 : Mercedes
12/15

Photo de: XPB Images

Passée la période de domination Ferrari, au début des années 2000, McLaren-Mercedes retrouve le titre pilotes, en 2008, grâce à Lewis Hamilton, un an après avoir perdu celui de 2007 et après s'être fait exclure du championnat constructeurs pour l'affaire d'espionnage de Ferrari.

1995-2014 : Mercedes

1995-2014 : Mercedes
13/15

Photo de: XPB Images

Malgré quelques étincelles en 2010 et 2012, l'alliance prend fin au moment de l'ère turbo hybride, McLaren estimant que le retour au premier plan de Mercedes en tant qu'écurie ne lui permettra plus de se battre pour le titre, en qualité de simple client. Les deux dernières saisons ne voient aucune victoire et les relations se dégradent entre les deux partenaires, l'accord avec Honda ayant été officialisé dès la mi-saison 2013.

2015-2017 : Honda

2015-2017 : Honda
14/15

Photo de: Sutton Motorsport Images

Le retour de Honda, qui fournit exclusivement McLaren, mais aussi celui de Fernando Alonso, laissent espérer une résurgence des grandes heures de l'écurie. C'est tout l'inverse qui se produit, avec des performances faméliques et une fiabilité désastreuse. Aucun podium n'est signé en trois saisons (jusqu'ici).

2018 : Renault

2018 : Renault
15/15

Photo de: XPB Images

La continuation de l'accord étant devenue impossible, McLaren parvient in extremis à s'allier avec Renault en vue des saisons 2018, 2019 et 2020.

Prochain article Formule 1
La FIA confirme des limitations moteur plus drastiques en 2018

Previous article

La FIA confirme des limitations moteur plus drastiques en 2018

Next article

Hamilton ne chasse pas le record de titres de Schumacher

Hamilton ne chasse pas le record de titres de Schumacher
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes McLaren Shop Now
Auteur Stefan Ehlen
Type d'article Diaporama