Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse

Discrimination : la FIA adresse un avertissement formel à Marko

Helmut Marko a reçu un avertissement formel de la FIA, à la suite de ses commentaires controversés sur Sergio Pérez et les pilotes "sud-américains".

Dr Helmut Marko, Red Bull Racing

Photo de: Red Bull Content Pool

En l'absence de la moindre lutte pour le titre, les récents commentaires de Helmut Marko sur les contre-performances de Sergio Pérez sont un sujet de discussion majeur dans le paddock du Grand Prix de Singapour.

"Nous savons qu'il [Pérez] a des problèmes en qualifications. Il fluctue, il est sud-américain et dans sa tête il n'est tout simplement pas aussi pleinement concentré que l'étaient Max [Verstappen] ou Sebastian [Vettel]", a déclaré Marko à la chaîne de Red Bull, Servus TV. Il exprimait ainsi un stéréotype sur les Sud-Américains tout en créant un amalgame avec le Mexique, situé en Amérique du Nord.

Le conseiller sportif de Red Bull a présenté ses excuses face à la polémique suscitée par ses propos, excuses acceptées par Pérez, qui a affirmé : "Je sais qu'il ne pensait pas ce qu'il a dit". Lewis Hamilton, en revanche, a qualifié ces propos de "complètement inacceptables" et a appelé à écarter Marko de toute responsabilité.

Ce n'est pas le cas pour l'instant, mais la FIA a serré la vis ce vendredi : la fédération a indiqué à Motorsport.com avoir adressé un avertissement formel à l'octogénaire autrichien. "Nous sommes en mesure de confirmer que Helmut Marko a reçu un avertissement écrit et que lui ont été rappelées ses responsabilités en tant que personnage public en sport automobile, conformément au Code d'éthique de la FIA", indique un communiqué.

Peu avant cette annonce, Christian Horner s'était justifié sur le silence de Red Bull concernant cette affaire auprès de Sky Sports F1 : "Du point de vue de Helmut, il a présenté ses excuses. Il n'est pas employé par Red Bull Racing, alors quant à la raison pour laquelle nous n'avons pas publié de communiqué, c'est qu'il fait plus largement partie du groupe Red Bull, et le groupe a présenté ces excuses via la chaîne Servus TV."

Christian Horner, Team Principal, Red Bull Racing, Helmut Marko, Consultant, Red Bull Racing, Adrian Newey, Chief Technology Officer, Red Bull Racing

Adrian Newey, Helmut Marko et Christian Horner après la victoire de Max Verstappen au Grand Prix de Hongrie

Le directeur de Red Bull Racing n'a pas manqué de déplorer les propos tenus par son collègue. "Ces commentaires n'étaient pas légitimes", admet Horner. "Helmut l'a rapidement reconnu et a présenté ses excuses à la fois publiquement et auprès de Sergio. Il en a parlé directement à Sergio, et je pense qu'on apprend toujours dans la vie, même à 80 ans. Inévitablement, des leçons ont été tirées."

"Checo est un membre extrêmement populaire de notre équipe, il est un membre important de notre équipe, et nous avons fait tout notre possible pour le faire signer pour la saison 2021. Nous avons beaucoup d'admirateurs dans le monde entier et nous prenons ça très au sérieux, avec une grande responsabilité. Nous sommes très sensibles aux fans de Checo mais aussi à ceux de l'écurie et de la F1. C'est sa 250e course, nous voulons nous concentrer là-dessus."

Marko fait en tout cas l'unanimité contre lui, à en juger par les propos des dirigeants présents en conférence de presse ce vendredi.

"Les stéréotypes, de nos jours, ça ne marche plus", commente Günther Steiner, directeur de Haas F1 Team. "Il faut faire attention à ce que nous disons. Parfois, c'est très difficile à faire, parce que ce que l'on dit n'est pas ce que l'on veut dire, alors il ne faut pas le dire si l'on en a conscience. Je n'ai pas entendu ce qu'il a dit – j'aurais pu comprendre la formulation en allemand. Je l'ai juste lu, et peut-être que ça paraît différent avec la traduction. Mais c'est comme ça. Je crois qu'ils sont en train de gérer ça.

"Et j'ai été surpris d'apprendre que le Mexique était en Amérique du Sud !" a lancé l'Italien, hilare. Toto Wolff, à la tête de l'écurie Mercedes, a renchéri : "On se marre sur l'Amérique du Sud, mais ce sujet n'est pas drôle du tout. Et ce n'est pas seulement ce qui a été dit, c'est l'état d'esprit, le simple fait de pouvoir penser de telles choses. Cela n'a pas sa place en F1."

"Ce n'est pas quelque chose qui aurait dû être dit dans le passé, et certainement pas maintenant, ni à l'avenir.  Nous savons tous avoir besoin de plus de diversité en F1, de plus d'inclusivité, et les équipes font de leur mieux pour créer un environnement où c'est possible. De telles déclarations ne mettent évidemment pas en lumière toutes les activités menées par la F1 comme la F1 le mérite."

Avec Matt Kew

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Verstappen : Le rythme de Red Bull "bien pire" que prévu à Singapour
Article suivant Russell juge Ferrari favori : le moteur n'était pas "au maximum"

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse