La disparition des grid girls en F1 est à l'étude

partages
commentaires
La disparition des grid girls en F1 est à l'étude
Par : Fabien Gaillard
17 déc. 2017 à 14:01

Liberty Media évalue la possibilité de supprimer les grid girls en Formule 1.

Alors que le sport automobile est entré de plain-pied dans l'ère moderne avec l'importance grandissante de considérations écologiques, économiques, conduisant notamment à la réduction des essais, ou à l'apparition de moteurs hybrides et de véhicules électriques, certaines traditions demeurent qui ne sont plus forcément en phase avec l'évolution de la société.

À l'heure où la question de la condition et de l'image des femmes est posée à travers différentes affaires et selon différents angles, le maintien des grid girls, ces jeunes femmes chargées notamment de tenir les panneaux indiquant les emplacements des pilotes sur la grille mais aussi de différentes tâches marketing, parfois en tenue légère, ou encore d'applaudir en rangées les trois premiers des courses au moment de l'arrivée dans la salle pré-podium, pose question. 

Ce d'autant plus que le Championnat du monde d'Endurance a mis fin à la présence de grid girls dès 2015. Et même si la Formule 1, notamment sous Bernie Ecclestone, ne semblait pas encline à réellement se poser la question, en dépit d'initiatives très ponctuelles pour tenter d'atténuer cette image sexiste avec des grid boys à Monaco ou au Brésil en 2015, le débat a été relancé sous la nouvelle direction.

Ainsi, interrogé sur BBC Radio 5 Live, Ross Brawn, le manager sportif de la discipline, a déclaré que la question était "sérieusement à l'étude" avant d'ajouter : "Nous essayons de respecter toutes les parties. Il y a beaucoup de gens qui respectent la tradition des grid girls et il y a des gens qui estiment que c’est un peu dépassé, donc nous évaluons cela."

Le PDG de la F1, Chase Carey, d'ajouter : "Sur la liste des choses que je dois faire, les grid girls n’étaient pas vraiment en haut, avec tout le respect que je leur dois. Est-ce quelque chose du passé ou est-ce quelque chose de distinct qui devrait faire partie du futur ? Je ne pense pas qu’il s’agira d’une décision personnelle."

"Je peux avoir un point de vue mais, quand vous avez une discipline, vous composez avec des équipes ainsi qu’avec un vaste écosystème et une large fanbase qui est très passionnée. Il n'y aura jamais de consensus, mais une série d’opinions."

"Une ineptie vulgaire"

Plusieurs pilotes, parmi lesquels Daniel Ricciardo, Max Verstappen ou encore Nico Hülkenberg se sont récemment exprimés en faveur du maintien des grid girls.

Quant à Christian Horner, le directeur de Red Bull Racing, il se montre plus nuancé. Ainsi, même s’il affirme qu’elles "ajoutent du glamour" à la discipline, il déclare : "Nous avons eu des grid boys et ça a été critiqué. En Autriche, nous avions des enfants qui suivaient les pilotes et ça a été critiqué. Vous n’allez jamais tout bien faire et nous vivons dans une société moderne, il faut être ouvert à tout."

Le Britannique affirme par ailleurs que les femmes sont de plus en plus présentes en Formule 1, malgré l’image très masculine du championnat. "Les femmes jouent un rôle clé et, pour reprendre une phrase de mon épouse [l’ancienne Spice Girl, Geri Halliwell], le girl power est très fort en F1."

"Dans notre équipe, nous avons beaucoup de femmes à des postes haut placés et elles font un travail merveilleux. Regardez Claire Williams, récemment mère et combinant cela avec la direction de l’équipe Williams."

Du côté des organisateurs, qui ne peuvent pas décider seuls de la fin des grid girls, certaines voix s’élèvent contre cette tradition. C’est notamment le cas du côté de Silverstone, Stuart Pringle, son responsable, estimant que cette pratique était "dépassée" et que "le lycra pouvait rester dans les années 1970 et 1980", ajoutant qu’il ne voulait pas de "cette ineptie vulgaire".

S’il reconnaît que de "belles femmes, intelligemment mises en valeur" avaient apporté "un certain glamour", il estime que cela peut nuire à l’image du circuit : "Nos fans, spectateurs et consommateurs viennent à Silverstone et pensent que parce que ça se passe à Silverstone, ce doit être la décision de Silverstone, car ils pensent que ça dépend de nous, quand en fait c’est très peu le cas sur ce sujet."

"Il y a une perception qui est qu’il s’agit de la vision de Silverstone, mais en fait nous pensons qu’il s’agit d’un monde égalitaire et je ne veux pas que ma fille grandisse en pensant que le lycra est ce à quoi elle doit aspirer."

Prochain article Formule 1
Vettel : La Formule E "n'est pas l'avenir"

Article précédent

Vettel : La Formule E "n'est pas l'avenir"

Article suivant

Le moteur Mercedes prêt à franchir la barre des 1000 chevaux

Le moteur Mercedes prêt à franchir la barre des 1000 chevaux
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Fabien Gaillard
Type d'article Actualités