Contenu spécial
Dossier

Contenu spécial

Distance et inconfort : ce prix à payer pour revoir la F1

partages
commentaires
Distance et inconfort : ce prix à payer pour revoir la F1
Par :

Ce week-end, le Grand Prix d'Autriche se déroule dans des circonstances anormales, en pleine pandémie de COVID-19. Cependant, les mesures strictes et les protocoles adoptés par la Formule 1 pour que l'épreuve puisse avoir lieu sont un prix qui vaut la peine d'être payé.

"Penchez la tête, fermez les yeux et détendez-vous." C'est devenu la phrase sacrée pour chacune des 2000 personnes présentes ce week-end au Grand Prix d'Autriche, le défi le plus déplaisant des nouveaux protocoles liés au coronavirus ayant peut-être émergé. Le test par écouvillonnage dans le nez, qui est le plus efficace pour détecter la présence du coronavirus, est un passage obligatoire tous les cinq jours pour toute personne qui assistera aux Grands Prix. Demandez à quiconque l'a subi, il vous dira que ce n'est pas trop douloureux mais terriblement déplaisant. En termes simples, le personnel médical doit faire un prélèvement dans votre gorge et vos narines avec un écouvillon pour essayer de détecter des traces du virus. La vidéo postée sur Twitter mercredi par Sergio Pérez dit tout. 

Mais la période est inhabituelle pour la F1, et tout autour du Grand Prix d'Autriche est loin d'être normal. La distanciation physique, le port du masque, la constitution de bulles sociales et les mesures très strictes sont autant d'éléments nécessaires pour assurer le retour de la F1, 110 jours après l'annulation annoncée le vendredi matin à Melbourne. 

Racisme : Abiteboul appelle à la "vigilance" sur les actions de groupe

Article précédent

Racisme : Abiteboul appelle à la "vigilance" sur les actions de groupe

Article suivant

Racing Point ne craint pas de réclamation contre sa "Mercedes rose"

Racing Point ne craint pas de réclamation contre sa "Mercedes rose"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Autriche
Auteur Jonathan Noble