Domenicali aux pilotes : "Ne tirez pas une balle dans le pied de la F1"

Stefano Domenicali adresse un message important aux pilotes de Formule 1, leur rappelant qu'ils sont les premiers ambassadeurs de leur discipline.

Domenicali aux pilotes : "Ne tirez pas une balle dans le pied de la F1"

Successeur de Chase Carey à la tête de la Formule 1, Stefano Domenicali a pour mission de faire prospérer une discipline qu'il connaît sur le bout des doigts. Cette tâche qui l'attend est un défi d'envergure pour celui qui préside aux destinées d'un sport aux atouts et à la force d'attractivité indéniables, mais dont il devra réussir à dépoussiérer habilement certains aspects sans en sacrifier l'essence. Conscient de la valeur inégalable de la catégorie reine, en sport automobile et au-delà, celui qui a longtemps œuvré chez Ferrari puis a dirigé Lamborghini fait consensus.

Depuis sa nomination en fin d'année dernière puis sa prise de fonction en janvier, le paddock entier lui accorde sa confiance. Plus encore, il veut s'appuyer sur des pilotes qui, en plus d'être les stars de la discipline, doivent avoir conscience de leur influence. Que compte leur dire Stefano Domenicali lors de leur première rencontre collective en marge des essais hivernaux ce week-end ? "Ne tirez pas une balle dans le pied de la F1", répond-il dans les colonnes du Daily Mail. "Nous avons de quoi être fiers, les audiences sont en hausse et nous avons un excellent produit. S'il y a quelque chose dont nous devons discuter, nous pouvons le faire de manière constructive entre ces quatre murs."

Lire aussi :

Pour Stefano Domenicali, préparer un avenir meilleur pour la F1 ne se fait pas en reniant le passé, ni ceux qui l'ont écrit. Le nouvel homme fort du championnat confesse d'ailleurs son admiration pour Bernie Ecclestone, avec qui il entretient toujours de bonnes relations et auprès de qui il peut même se permettre de prendre conseil.

"Imaginez que lorsque j'étais enfant, Bernie était un mythe, et il l'est toujours", souligne-t-il. "Je m'entends bien avec Bernie. Nous échangeons presque chaque semaine. Il m'a dit de lui faire savoir si j'avais besoin d'un conseil. Je suis désolé mais sans Bernie, la Formule 1 ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui. Il ne faut pas oublier qu'il a été un pionnier pour comprendre l'opportunité offerte par ces voitures, et pour créer l'enthousiasme, la structure et le business qui vont avec. J'ai beaucoup d'admiration pour lui et pour ce qu'il a fait. Il a son pass d'accès au paddock et j'espère qu'il pourra venir sur des Grands Prix."

Sur le bureau de Stefano Domenicali, les gros dossiers ne manquent pas. Car s'il doit gérer le volet sportif et technique, il doit aussi donner à la discipline une orientation en adéquation avec certaines valeurs défendues plus ardemment depuis quelque temps. Avec un Lewis Hamilton particulièrement engagé dans sa lutte contre le racisme et pour plus de diversité, la F1 tient un ambassadeur de choix mais veut matérialiser son combat pour la bonne cause en dépassant la portée purement symbolique de certains gestes.

"Mettre un genou à terre ou pas, ça a une signification différente selon l'endroit où l'on se trouve dans le monde", cite Stefano Domenicali en guise d'exemple. "Il est important que ces gestes, qui doivent respecter la sensibilité de chacun, soient appuyés par des actions avec un contexte crédible. Je veux discuter du genou à terre avec les pilotes. Nous ne voulons pas nous focaliser sur ce seul geste. Il y a une plateforme [de communication] énorme avant les Grands Prix, mais nous ne voulons pas l'exploiter de manière politique. Nous voulons mettre en lumière des valeurs qui sont importantes pour le monde et pour la Formule 1."

partages
commentaires
Programme - Tout ce qu'il faut savoir sur les essais de Bahreïn
Article précédent

Programme - Tout ce qu'il faut savoir sur les essais de Bahreïn

Article suivant

Photos - Le nouveau casque de Stroll chez Aston Martin

Photos - Le nouveau casque de Stroll chez Aston Martin
Charger les commentaires