Droits de l'Homme : le promoteur du GP d'Arabie saoudite a parlé aux pilotes

Le Prince Khalid Bin Sultan Abdullah Al Faisal, promoteur du nouveau Grand Prix d'Arabie saoudite, est allé à la rencontre des pilotes pour répondre à leurs préoccupations concernant le respect des droits de l'Homme dans le pays du Golfe.

Droits de l'Homme : le promoteur du GP d'Arabie saoudite a parlé aux pilotes

Au mois de décembre, avant de se rendre à Abu Dhabi pour conclure la saison 2021, la Formule 1 posera ses valises à Djeddah pour le premier Grand Prix d'Arabie saoudite de l'Histoire. Le championnat a conclu un accord prévoyant l'organisation d'une course dans le pays lors des dix prochaines années, avec la perspective d'une délocalisation à Qiddiya, future capitale du divertissement.

La décision d'organiser un Grand Prix en Arabie saoudite a suscité de vives critiques de la part d'ONG tels qu'Amnesty International, qui a déclaré que l'événement "s'inscrirait dans le cadre des efforts en cours pour laver par le sport le bilan catastrophique du pays en matière de droits de l'Homme". D'autres, comme Lewis Hamilton, ont souligné un "problème majeur" de non-respect des droits de l'Homme dans certains pays où se produit la F1.

Lire aussi :

En début d'année, le septuple Champion du monde s'est entretenu avec les responsables du Grand Prix de Bahreïn à ce sujet. Et le Prince Khalid Bin Sultan Abdullah Al Faisal, promoteur du Grand Prix d'Arabie saoudite et président de la fédération saoudienne de sport automobile, a également discuté de ces préoccupations avec plusieurs pilotes lors du Grand Prix de Grande-Bretagne, il y a quelques jours.

"J'ai rencontré plusieurs pilotes à Silverstone", a révélé le Prince lors d'une table ronde où étaient invités certains médias, dont Motorsport.com. "Je ne vais pas citer leurs noms mais Lewis Hamilton n'en faisait pas partie. J'ai parlé avec eux ouvertement. Je leur ai dit de venir en Arabie saoudite pour qu'ils voient ce qui se passe."

Depuis quelques années, le nombre de grands évènements sportifs mondiaux organisés en Arabie saoudite ne fait qu'accroître. Le pays du golfe Persique accueille notamment une épreuve de Formule E à Diriyah depuis 2018 et le Dakar depuis 2020. Par conséquent, le Prince a invité les pilotes de F1 à s'entretenir avec les personnes s'étant rendues en Arabie saoudite lors de ces événements.

"Il faut vous rendre sur place, rencontrer les habitants, et alors vous pourrez vous faire votre propre opinion. Je suis sûr que [les pilotes] ont des amis qui sont venus pour la Formule E ou le Dakar. Ils pourront leur en parler. C'est en venant chez nous qu'ils pourront ensuite se faire un avis, parce que nous avons confiance dans nos progrès passés et futurs. Nous n'avons donc aucun problème [à parler des droits de l'Homme]."

Depuis 2020, la F1 s'est engagée à devenir un championnat plus inclusif et plus diversifié, tout en essayant de répondre à d'autres questions sociales importantes, avec la mise en place du programme We Race As One. Interrogé par Motorsport.com sur le rôle du GP d'Arabie saoudite dans les actions entreprises par We Race As One, le Prince a répondu que les deux parties "travaillaient en étroite collaboration" pour "aligner les missions".

"À l'heure actuelle, les choses progressent vraiment bien entre nous", a-t-il ajouté. "En Arabie saoudite, ouvrir notre pays fait partie de notre stratégie. Nous voulons améliorer la qualité de vie de tout le monde, des Saoudiens et de tous ceux qui visitent l'Arabie saoudite. Cela nous aidera à atteindre nos objectifs."

partages
commentaires
Alonso a clarifié son commentaire sur le "côté obscur" de la F1

Article précédent

Alonso a clarifié son commentaire sur le "côté obscur" de la F1

Article suivant

"Désespéré" et sous pression, Mercedes a évité le fiasco à Silverstone

"Désespéré" et sous pression, Mercedes a évité le fiasco à Silverstone
Charger les commentaires