Ecclestone minimise les risques dus au report du Halo

Suite à la décision de reporter l'introduction du Halo, Bernie Ecclestone a minimisé les risques de voir des poursuites judiciaires s'engager si un accident grave se produit en 2017.

Ecclestone minimise les risques dus au report du Halo
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H avec le Halo 2
Pierre Gasly, pilote de réserve Red Bull Racing, teste le système Halo sur la RB12
Pierre Gasly, pilote d'essais Red Bull Racing RB12 teste le système Halo
Charlie Whiting, Délégué de la FIA lors d'une conférence de presse
Bernie Ecclestone
Bernie Ecclestone

Le Groupe Stratégique a décidé la semaine dernière de reporter d'au moins une année l'introduction du Halo. Bernie Ecclestone soutient totalement ce report, et espère également qu'une autre solution pourra être trouvée pour protéger la tête des pilotes à partir de 2018. 

En attendant, les études vont se poursuivre avec le Halo, qui sera notamment à nouveau testé en piste lors du Grand Prix de Belgique, à la fin du mois. 

"Nous allons étudier ça", confirme Ecclestone à Motorsport.com. "Nous n'appelons pas ça le Halo, nous recherchons les possibilités pour une protection frontale pour les pilotes."

"Nous voulons qu'ils soient dans les voitures avec le format actuel, et voir s'ils aiment ça ou pas. Quelques pilotes ont fait quelques tours, mais je crois qu'ils devraient faire la totalité d'une course pour voir s'ils aiment être comme enfermés."

"Pour 2018, nous aurons quelque chose qui apportera davantage de protection pour les pilotes", assure-t-il. 

Aux yeux de certains, la décision de reporter le Halo comporte un réel risque, car si un accident grave se produit la saison prochaine et qu'il est prouvé que ce système aurait pu être efficace, il pourrait y avoir des poursuites judiciaires. Un scénario que le grand argentier de la F1 voit différemment. 

"Que se passe-t-il s'il y a un accident et que le Halo écrase un pilote ? Qui endossera la responsabilité ?", interroge Ecclestone. "S'il y a un accident et que quelqu'un est piégé dans la voiture, peut-être qu'elle peut prendre feu, et le pilote pourrait ne pas pouvoir sortir. Niki [Lauda] était au sein du Groupe Stratégique et il a pointé cela, car il est le seul qui peut parler de ce genre de choses."

Ainsi, Ecclestone assure que la FIA et son directeur de course, Charlie Whiting, ne se trouvent pas dans une position délicate suite à la décision de report : "Charlie est le directeur de course. C'est la décision du Groupe Stratégique, qui doit ensuite aller à la Commission F1, et ensuite il y aura un règlement."

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Hülkenberg met McLaren dans le match pour la quatrième place
Article précédent

Hülkenberg met McLaren dans le match pour la quatrième place

Article suivant

Rossi n'a pas de plan précis pour un retour en F1

Rossi n'a pas de plan précis pour un retour en F1
Charger les commentaires