Ecclestone visé par le FISC Britannique

Bernie Ecclestone se trouve au cœur de nombreuses affaires et a notamment remporté hier l’une d’elles, à Londres, au sujet d’une malversation supposée concernant la revente de ses parts de la F1 à la société CVC

Bernie Ecclestone se trouve au cœur de nombreuses affaires et a notamment remporté hier l’une d’elles, à Londres, au sujet d’une malversation supposée concernant la revente de ses parts de la F1 à la société CVC.

Mais le milliardaire se trouve également sous l’œil du FISC britannique sur la question d’un possible montage destiné à éviter à ses héritiers le paiement de taxes de succession, au moment de sa disparition.

Un fond discret qui aurait été créé par Ecclestone, selon son biographe, et baptisé Bambino Holdings Ltd, a été fondé en 1997 après l’opération cardiaque subie par le Grand Argentier de la F1. Géré en Suisse et au Lichtenstein, rapporte Bloomberg, il est passible d’une taxation anglaise de près de 50% de son contenu au moment de la disparition d’Ecclestone s’il est prouvé que celui-ci a été impliqué dans sa gestion directe.

Bloomberg rapporte qu’Ecclestone se montre catégorique quant au fait qu’il n’a rien à voir avec le fond en question, dont la valeur est estimée à 5 milliards de dollars ; une fortune générée par la propriété de 8.5% des actions de la F1.

«Nous discutons avec eux», a déclaré Ecclestone au sujet des contrôleurs des impôts. «Ils regardent des choses ; ils font leur travail». De son côté, l’administration en charge de l’investigation n’a pas souhaité communiqué sur le sujet, expliquant qu’il est de son devoir de protéger les particuliers visés par une clarification.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Bernie Ecclestone
Type d'article Actualités