Vers une ruée sur les vaccins COVID avant le GP des Pays-Bas

Les équipes de Formule 1 pourraient se précipiter pour faire vacciner leur personnel contre le COVID-19 avant le GP des Pays-Bas, à la suite d'une demande du gouvernement néerlandais.

Vers une ruée sur les vaccins COVID avant le GP des Pays-Bas

Les autorités néerlandaises ont provisoirement informé la F1 et la FIA que les vaccinations seront obligatoires pour tous les travailleurs présents au Grand Prix des Pays-Bas, qui aura lieu le 5 septembre. Cela pourrait poser problème pour les jeunes employés des sept équipes britanniques, ainsi que pour ceux qui travaillent pour la F1, la FIA et les médias.

L'Arabie saoudite a déjà fait part d'une exigence similaire, mais les équipes pensaient avoir suffisamment de temps avant la course inaugurale du 5 décembre. Or, cette fenêtre a été réduite de trois mois par les exigences bataves.

Lire aussi :

Le déploiement de la vaccination par le National Health Service (NHS) au Royaume-Uni a maintenant atteint les personnes trentenaires. Bien que la limite d'âge continue de baisser et que l'intervalle entre les injections soit récemment passé de 12 à 8 semaines, il pourrait être difficile pour les jeunes dans la vingtaine de recevoir leurs deux injections avant la rentrée de septembre.

Au début de l'année, le gouvernement de Bahreïn a offert des vaccins Pzifer-BioNTech gratuits à toutes les personnes prenant part aux essais hivernaux et à la course, la seule limite étant un intervalle de 21 jours entre les injections. Étant donné la lenteur du déploiement en Italie, Ferrari, AlphaTauri et Pirelli ont tous profité de l'offre. Pour la Scuderia, cela a été facilité par le fait que l'équipe est restée à Sakhir pour un test de pneus, rendant plus aisé le respect de l'exigence des 21 jours.

Alfa Romeo a semble-t-il laissé le choix aux membres de l'équipe, tout comme les équipes britanniques, en raison d'une obligation légale de ne pas contraindre le personnel à se faire vacciner. Bien qu'il y ait eu quelques volontaires parmi les jeunes employés britanniques, beaucoup ont choisi de s'en tenir au calendrier du NHS.

La F1, en tant qu'entité, avait eu pour politique de ne pas accepter l'offre de Bahreïn en raison des exigences légales, mais aussi en partie à cause des relations publiques négatives que pourrait entraîner le fait d'être vu comme un "resquilleur de file d'attente". En outre, des points d'interrogation ont été soulevés quant à la facilité avec laquelle une vaccination reçue au Moyen-Orient pourrait être convertie en un passeport vaccinal britannique.

partages
commentaires
EL1 - Verstappen devance les Ferrari à Bakou
Article précédent

EL1 - Verstappen devance les Ferrari à Bakou

Article suivant

La finale mondiale de F1 in Schools diffusée sur Motorsport.tv

La finale mondiale de F1 in Schools diffusée sur Motorsport.tv
Charger les commentaires