Ericsson a recours à un coach mental

Pour inverser la tendance chez Sauber, le pilote suédois a remis ses méthodes de préparation en question.

S’il compte moins de points que son coéquipier Felipe Nasr, qui capitalise encore sur sa cinquième place décrochée en Australie, Marcus Ericsson est dans une dynamique bien meilleure que le Brésilien. 

Certes 17e du championnat pilotes, le Suédois reste toutefois sur trois entrées consécutives dans les points avec une dixième place obtenue en Hongrie et en Belgique, puis une neuvième place glanée en Italie. Dans le même temps, Nasr éprouve des difficultés à se hisser au même niveau, aussi bien en course qu’en qualifications, et n’est plus entré dans le Top 10 depuis sa neuvième place à Monaco. 

Un début de saison compliqué

Ericsson reconnaît que son début de saison a été difficile et qu’il lui a fallu travailler pour revenir dans le match avec son coéquipier chez Sauber. L’ancien pilote Caterham a même fait appel à un coach mental. 

"La voiture était rapide mais je ne l’étais pas. C’était un début d’année très difficile pour moi", a-t-il confié à Globo. "J’ai changé ma manière d’aborder un week-end complet."

Parmi les changements notables, Ericsson a entamé un programme particulier dans un établissement italien dirigé par le Docteur Riccardo Ceccarelli, proche de la F1 et ancien médecin de l’équipe Toyota. 

"Je compte sur une aide professionnelle. Je vais à la clinique Formula Medicine en Italie pour travailler sur plusieurs domaines", confirme le pilote de 25 ans. "Je suis devant [Nasr] maintenant mais je ne peux pas me relâcher. Il essaie bien sûr de revenir et de me battre donc je dois continuer à travailler dur."

Nasr et Ericsson occupent les 13e et 17e places du championnat pilotes, séparés par 7 points. 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Marcus Ericsson
Équipes Sauber
Type d'article Actualités
Tags ceccarelli, coaching, mental, preparation