Ericsson déplore un surpoids de 10 kg

Marcus Ericsson n'est pas apparu sous son meilleur jour en cette saison 2017, dominé par Pascal Wehrlein, mais le Suédois déplore un surpoids de dix kilos qui lui coûterait cher par rapport à son coéquipier.

Au volant d'une Sauber C36 qui est clairement la monoplace la moins compétitive du plateau, c'est Pascal Wehrlein qui a marqué les cinq points au compteur de l'écurie. Le protégé de Mercedes a infligé un 9-4 à son partenaire d'équipe en qualifications, toutefois avec un écart moyen de seulement 0"109.

La nouvelle réglementation technique a toutefois mis certaines écuries en difficulté quant au respect du poids minimal, et c'est notamment le cas de la Sauber. Celle de Marcus Ericsson roule généralement quatre à huit kilos au-dessus du poids minimal selon les estimations de l'écurie, alors que ce grand gaillard de 1m80 estime la différence avec son coéquipier à pas moins de dix kilos.

"C'est toujours serré, mais les chiffres sont en sa faveur, ce qui me déplaît", déclare Ericsson au sujet du rapport de force avec Wehrlein. "En plus, c'est difficile pour moi avec le désavantage de poids. Au début de l'année, c'était un peu moins, mais lors des quatre ou cinq dernières courses, la différence était de dix kilos. C'est beaucoup de temps au tour sur tous les circuits. On dit généralement que dix kilos représentent trois ou quatre dixièmes au tour."

Ericsson affirme essayer de perdre du poids "en permanence", mais "c'est le problème quand on est grand". "Ça complique les choses", ajoute-t-il. "[Le rythme de Wehrlein] est ma référence, et je dois le battre aussi souvent que possible. Cela fait de nombreuses années en F1 que j'ai sûrement la pire voiture, et c'est difficile de montrer ce qu'on vaut [dans ces conditions]. C'est aussi plus difficile d'obtenir un meilleur baquet."

Sauber, la meilleure option 

Cela fait désormais trois saisons que Marcus Ericsson évolue chez Sauber, et le Suédois souhaiterait trouver un baquet plus compétitif, mais il est conscient que rester au sein de la structure de Hinwil représente sa meilleure chance de conserver sa place en Formule 1.

Son management a entamé des négociations avec Williams, mais selon les informations de Motorsport.comce sont quatre pilotes qui sont en lice pour le baquet de Felipe Massa, dont le Brésilien et Pascal Wehrlein, mais pas Ericsson. Les chances de ce dernier chez Toro Rosso sont très faibles, et il va donc espérer que Sauber ne trouve pas d'accord avec Ferrari pour faire rouler Charles Leclerc et Antonio Giovinazzi en 2018.

"Williams, ça a l'air moins probable pour moi, et Sauber est sûrement la meilleure option actuellement", reconnaît Ericsson. "Il y a toujours des gens qui essayent de prendre votre volant, et il y en aura toujours. Nous avons étudié différents baquets – c'est ce que doivent faire tous ceux qui n'ont pas de contrat pour l'an prochain. Pour l'instant, rien n'est fait. Mon management travaille dur là-dessus, et nous voyons qu'il y a des options."

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Marcus Ericsson
Type d'article Actualités