Ericsson était "furieux" d'être sacrifié pour Leclerc

partages
commentaires
Ericsson était
Par : Benjamin Vinel
30 oct. 2018 à 18:30

S'il a obtenu la neuvième place au Grand Prix du Mexique, Marcus Ericsson n'était pas ravi de son résultat, estimant que sa course avait été "sacrifiée" au profit de son coéquipier Charles Leclerc.

Neuvième et dixième sur la grille de départ à Mexico, Charles Leclerc et Marcus Ericsson avaient l'opportunité de marquer des points précieux. Encore fallait-il transformer l'essai en course, surtout avec un premier relais en gommes hypertendres, dont l'usure était particulièrement élevée.

Lire aussi :

Or, c'est le Suédois qui a fait le plus long relais avec les pneus à bandes roses. Les pilotes Sauber sont restés neuvième et dixième en début de course, et avant son arrêt, Leclerc n'avait que huit secondes d'avance sur son coéquipier. Ce dernier, bien que perdant plusieurs secondes au tour, a attendu trois boucles de plus pour faire son propre changement de pneus, afin de retarder Sergio Pérez, Kevin Magnussen et Carlos Sainz derrière lui. Ainsi, quand il s'est arrêté à la fin du 16e tour, Ericsson s'est retrouvé bon dernier, à 26 secondes de Leclerc.

"J'étais vraiment furieux dans la voiture", déclare le pilote Sauber. "J'étais vraiment frustré. Je sais que nous devions travailler dans l'intérêt de l'équipe, mais pour moi, c'était un peu extrême. J'ai eu l'impression de bazarder ma course, c'était très frustrant. Mais mon second relais a sauvé la mise, et j'en suis vraiment, vraiment fier. Avec tout ça, finir quand même neuvième et battre toutes ces voitures, c'est assez incroyable."

Marcus Ericsson, Sauber C37

Marcus Ericsson, Sauber C37

Photo de: Mark Sutton / Sutton Images

Marcus Ericsson, Sauber

Marcus Ericsson, Sauber

Photo de: Mark Sutton / Sutton Images

Marcus Ericsson, Sauber C37 et Sergio Perez, Racing Point Force India VJM11 en lutte

Marcus Ericsson, Sauber C37 et Sergio Perez, Racing Point Force India VJM11 en lutte

Photo de: Jerry Andre / Sutton Images

"Le plan était uniquement de contribuer à la course de Charles. Je sacrifiais complètement ma course pour l'aider. Je voulais rentrer au stand bien plus tôt, car je savais que j'étais en train de gâcher ma course, mais pour l'équipe et pour Charles, j'ai dû garder ces voitures derrière moi afin de l'aider à creuser l'écart. J'ai fait ça pour l'équipe, mais c'était frustrant, parce que j'avais l'impression de gâcher mes chances de points."

Lire aussi :

Un relais efficace de 53 tours en pneus supertendres a néanmoins permis à Ericsson de remonter jusqu'à la neuvième place à l'arrivée, certes à 32 secondes de Leclerc, qui s'est classé septième.

"J'ai toujours eu l'esprit d'équipe. J'ai toujours tout fait pour l'équipe. J'ai toujours fait passer l'équipe en premier, j'ai cette qualité qui a beaucoup de valeur aux yeux des gens et que je garderai toujours. Je pense l'avoir fait sans concession et même Charles l'a reconnu. Il m'a même remercié après la course, il a dit que sans moi, il n'aurait pas pu faire une telle course", souligne Ericsson.

Grâce aux huit points marqués à Mexico, Sauber F1 Team s'est emparé de la huitième place du championnat des constructeurs, avec 36 unités au compteur contre 33 à Toro Rosso.

Propos recueillis par Erwin Jaeggi

Charles Leclerc, Sauber C37

Charles Leclerc (Sauber) au premier plan, alors qu'au fond, Marcus Ericsson (Sauber) résiste à Sergio Pérez (Force India)

Photo de : Mark Sutton / Sutton Images

Article suivant
GP du Mexique : ce qu'ont dit les pilotes

Article précédent

GP du Mexique : ce qu'ont dit les pilotes

Article suivant

Ecclestone : Vettel a été "seul" chez Ferrari ; Mercedes "parfait"

Ecclestone : Vettel a été "seul" chez Ferrari ; Mercedes "parfait"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Mexique
Catégorie Course
Pilotes Charles Leclerc , Marcus Ericsson
Équipes Sauber
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Réactions