Formule 1
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Ericsson estime que Sauber s'est métamorphosé depuis un an

partages
commentaires
Ericsson estime que Sauber s'est métamorphosé depuis un an
Par :
13 juil. 2018 à 17:45

Après deux saisons très difficiles, Sauber voit enfin le bout du tunnel et a inscrit des points à six reprises en dix courses. Marcus Ericsson a constaté de nombreux changements qui l'ont impressionné depuis l'an dernier.

Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber, Charles Ericsson, Sauber, Fred Vasseur, directeur de Sauber, Tatiana Calderon, pilote d'essais de Sauber avec Oscar Fangio, et Ruben Fangio
Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber
Sergio Perez, Force India VJM11, devant Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber
Marcus Ericsson, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber C37, s'arrête au stand
Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber parcourt la piste à pied

Malgré un double abandon à Silverstone, le premier de la saison pour l'équipe, Sauber n'avait pas connu un tel début de saison depuis 2015, et une telle constance dans ses performances sur une première moitié d'année depuis 2012. Naviguant en eaux troubles en 2016 et 2017, l'équipe avait été sauvée financièrement par un rachat en 2016, mais cela ne s'était pas vu l'année dernière, avec cinq points marqués contre deux en 2016.

Alors qu'on lui prévoyait un destin quelque peu difficile en 2018, notamment parce que Monisha Kaltenborn avait passé un accord pour recevoir un moteur Honda cette année, l'ancienne directrice de l'équipe a été limogée par Pascal Picci et remplacée par Frédéric Vasseur.

Celui-ci n'a pas traîné à imposer sa patte en brisant le pré-contrat avec Honda et en signant une prolongation avec Ferrari incluant l'utilisation d'un moteur similaire à celui de la Scuderia. Témoin de tous ces changements, Marcus Ericsson reconnaît une situation totalement différente au sein de Sauber par rapport à l'année dernière.

"C'est une différence énorme", reconnaît le Suédois. "Je pense que ça vient avant tout du côté financier : nous avons désormais une plateforme financière bien plus solide et tout est développé à partir de cela. Nous avons également recruté des personnes importantes dans l'équipe, et la motivation des gens dans l'équipe a été décuplée par toutes ces avancées.

Nous sommes dans un monde totalement différent d'il y a 12 mois et c'est génial à voir. Il est impressionnant de voir la manière dont l'équipe s'est développée depuis 12 mois et c'est une belle récompense pour tout le travail qui a été fourni par tout le monde au sein du team."

Les résultats bruts de Sauber ne sont pas encore au niveau d'équipes comme Haas, Renault, Force India ou même McLaren, la faute notamment à un début de saison délicat. Mais l'équipe a retrouvé les points à Bahreïn, où Marcus Ericsson a terminé neuvième, avant de voir Charles Leclerc terminer sixième à Bakou - le meilleur résultat de Sauber depuis le Grand Prix de Russie 2015 - et enchaîner avec cinq courses dans les points sur six.

La première Q3 depuis l'Autriche en 2015

Mieux, les deux voitures ont terminé dans les points en Autriche et Charles Leclerc n'a pas manqué la Q2 depuis le Grand Prix d'Azerbaïdjan. Sur ces sept courses consécutives où il a franchi la première partie des qualifications, il a même réussi à aller en Q3 en France et en Angleterre, une performance que n'avait pas connu Sauber depuis le Grand Prix d'Autriche 2015. Avec seulement trois points de retard sur la huitième place du classement occupée par Toro Rosso, Sauber est en droit d'espérer l'atteindre avant la fin de saison.

"Je ne vois pas de raison pour laquelle nous régresserions plus que d'autres équipes dans le peloton", poursuit Ericsson. "Notre façon de faire cette saison a été d'apporter des évolutions plus ou moins à chaque course, jamais des packages importants, mais des pièces tout le temps pour continuer à faire progresser la voiture, et de ce que j'en sais, c'est ce que nous allons continuer à faire. Par rapport au peloton dans lequel nous nous battons, nous devrions être capables de nous développer à la même vitesse et à un moment, il faudra focaliser de plus en plus notre attention sur la saison prochaine."

Article suivant
Villeneuve : "L'erreur" Claire Williams et "une équipe morte"

Article précédent

Villeneuve : "L'erreur" Claire Williams et "une équipe morte"

Article suivant

La capacité de décision de McLaren parfois "dans l'impasse"

La capacité de décision de McLaren parfois "dans l'impasse"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Charles Leclerc , Marcus Ericsson
Équipes Alfa Romeo
Auteur Emmanuel Touzot