Des évolutions chez Haas pour "limiter les dégâts"

partages
commentaires
Des évolutions chez Haas pour "limiter les dégâts"
Par :
26 avr. 2019 à 06:30

Haas F1 Team craint le pire pour le Grand Prix d'Azerbaïdjan, mais espère sortir la tête de l'eau grâce à des évolutions qui pourraient permettre à l'écurie de mieux comprendre ses maux.

La mise en température des pneus est un problème majeur pour la Haas VF-19 depuis le début de la saison, en particulier en course, d'où des performances qui ne suivent pas toujours le dimanche par rapport aux qualifications.

En effet, outre la sixième place de Kevin Magnussen en Australie, les points ont échappé à l'écurie américaine, alors que ses monoplaces étaient toujours entre la sixième et la onzième position sur la grille de départ.

"J'aimerais passer en revue la façon dont la situation s'est déroulée", commente le directeur d'équipe Günther Steiner. "Comme vous l'avez tous vu à Barcelone, notre niveau de performance en essais était bon. Le résultat de l'Australie était bon, en qualifications comme en course, même si les performances de course n'étaient pas fantastiques."

Lire aussi:

"Puis à Bahreïn, les performances étaient très bonnes en qualifications, très mauvaises en course, et nous nous sommes rendu compte que nous avions un problème. Nous avons eu la chance de faire des essais à Bahreïn et avons compris que nous n'arrivions pas à faire fonctionner les pneus, ils étaient trop froids. Il était trop tard pour faire quoi que ce soit pour la Chine, où les performances étaient bonnes à nouveau en qualifications, mais encore une fois, pas en course, pour la même raison qu'à Bahreïn."

Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-19

Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-19

Photo de: Zak Mauger / LAT Images

Guenther Steiner, team principal de Haas F1

Guenther Steiner, team principal de Haas F1

Photo de: Andy Hone / LAT Images

C'est en particulier la course de Magnussen à Sakhir qui s'est avérée catastrophique, le Danois ayant rétrogradé de la sixième place au départ à la treizième à l'arrivée sans être victime d'incidents en particulier. Or, Bakou s'annonce particulièrement compliqué en raison de températures plutôt fraîches (entre 15°C et 17°C pour les qualifications et la course) et d'un tracé ne comprenant aucun virage rapide. Or, ces derniers sont nécessaires pour mettre aisément les gommes en température.

"Nous avons apporté des nouvelles pièces ici, car nous voyons clairement sur les données quel est le problème", poursuit Steiner. "Nous verrons demain à quel point elles fonctionnent. Nous apprendrons certainement quelque chose, mais je ne dirais pas que nous avons résolu le problème avec ce que nous avons apporté ici."

"Je ne suis pas trop optimiste pour la course, à vrai dire ; je pense que nous aurons encore le problème de ne pas parvenir à maintenir les pneus dans le fenêtre de fonctionnement idéale. C'est très difficile, c'est le pire de tous les circuits ici. Dès que nous sommes derrière le Safety Car ou en situation de Virtual Safety Car, la température du pneu chute et nous ne la récupérons jamais."

Heureusement pour Haas, le circuit suivant devrait être plus favorable à la VF-19 : "Il nous faut en tirer le meilleur et apprendre autant que possible afin de nous améliorer pour le reste de la saison. Barcelone arrive, et vu que les essais s'y sont bien passés, ça ne me fait pas peur. Il faut survivre et essayer de limiter les dégâts, c'est tout ce que nous pouvons faire ici."

Propos recueillis par Val Khorounzhiy

 
Article suivant
Motorsport Network se joint à l'exceptionnel roadshow de Renault F1

Article précédent

Motorsport Network se joint à l'exceptionnel roadshow de Renault F1

Article suivant

Sainz goûte enfin à une bonne vitesse de pointe

Sainz goûte enfin à une bonne vitesse de pointe
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Haas F1 Team
Auteur Benjamin Vinel
Soyez le premier à recevoir toute l'actu