La F1 vaut-elle 20 milliards ? Ben Sulayem met en garde

Président de la FIA, Mohammed Ben Sulayem avertit des risques que représente pour la Formule 1 le fait que sa valeur soit estimée à 20 milliards de dollars.

La F1 vaut-elle 20 milliards ? Ben Sulayem met en garde

Un article publié par Bloomberg la semaine dernière a laissé entendre que le fonds souverain d'Arabie saoudite envisageait de racheter la Formule 1 à son propriétaire actuel, Liberty Media, pour 20 milliards de dollars, mais la proposition aurait été refusée.

Des sources indiquent que l'article était partiellement inexact et que les discussions avec Liberty n'ont jamais été sérieuses. Cependant, le chiffre de 20 milliards de dollars a fait lever des sourcils, car Liberty a racheté la F1 pour 4,4 milliards en 2017. Cela représenterait donc un incroyable retour sur investissement.

Or, selon la FIA, qui loue les droits commerciaux de la F1 à son propriétaire jusqu'en 2110, une vente du championnat à un tarif si élevé pourrait avoir des conséquences inattendues. Par exemple, d'après le président Mohammed Ben Sulayem, tout nouveau propriétaire ayant dépensé tant d'argent pour acquérir la F1 chercherait un retour sur investissement rapide, avec une augmentation non négligeable des frais d'inscription au calendrier pour les promoteurs des Grands Prix. Cela ferait monter en flèche les prix des billets, et les fans ne pourraient plus se permettre de se rendre sur les courses.

"En tant que protectrice du sport auto et qu'organisation à but non lucratif, la FIA est réservée quant au prix excessif de 20 milliards de dollars qui serait celui de la F1", a écrit Ben Sulayem sur Twitter. "Il est conseillé à tout acquéreur potentiel d'avoir du bon sens, de penser à l'intérêt général et de venir avec un plan clair et viable – pas seulement avec beaucoup d'argent. Il est de notre devoir d'envisager ce que sera l'impact futur pour les promoteurs quant à des frais accrus et à d'autres coûts commerciaux, ainsi que tout impact qui pourrait nuire aux fans."

Mohammed Ben Sulayem, président de la FIA

Mohammed Ben Sulayem, président de la FIA

S'exprimant auprès de Motorsport.com, Ben Sulayem a ajouté que l'estimation de 20 milliards de dollars n'était pas bonne à ses yeux : "Est-ce un bon rapport qualité/prix ? Je trouve sincèrement que c'est excessif. C'est exagéré. Si l'on a du bon sens, est-ce que cela vaut autant ? [Si oui], alors que ferions-nous ? Nous devrions faire payer pour récupérer cet argent. Combien ferions-nous payer les promoteurs locaux ?"

Ben Sulayem a estimé essentiel que la propriété de la F1 ne soit transférée qu'à des organisations ayant une proposition concrète visant à améliorer ce sport, et non simplement vendue au plus offrant. "Je pense qu'ils devraient aussi avoir un plan. Qui que ce soit, ils devraient avoir un plan, pas juste de l'argent. Je ne suis que rationnel et logique : il faut avoir un plan."

"Jusque-là, ce ne sont toutefois que des rumeurs. Mais j'estime que la FIA devrait participer aux discussions, ou donner des conseils, car la FIA détient le championnat. Nous le louons, certes. Mais je veux simplement assurer que nous ayons de la clarté à l'avenir."

Ben Sulayem ne manque pas de remarquer le contraste avec la manière dont les droits commerciaux ont été loués via un accord de 100 ans pour à peine 300 millions de dollars par le président de la FIA de l'époque, Max Mosley. "Mon dieu, si je prends 20 milliards pour ça, je crois que la FIA n'a pas eu de cadeau. Si je suis honnête, vous ne pouvez pas me convaincre que [c'est correct d'avoir] 300 millions pour 100 ans et une estimation à 20 milliards. Ces chiffres n'ont pas de sens si on les analyse", conclut l'Émirati.

Propos recueillis par Tom Howard

Lire aussi :
partages
commentaires

Related video

Pour Steiner, la direction de course F1 doit progresser

Alpine : Des équipes "exploitent" les failles du plafond budgétaire