La F1 approchée par 40 projets de Grand Prix

Directeur commercial de la Formule 1, Sean Bratches affirme que la catégorie reine du sport automobile a été approchée pour une quarantaine de projets de Grand Prix depuis son rachat par Liberty Media.

Selon Bratches, la Formule 1 choisira les nouveaux Grands Prix selon ce qu'ils peuvent lui apporter, la priorité étant donnée à des courses urbaines dans des grandes villes, plutôt que d'accepter automatiquement les meilleurs accords commerciaux.

L'Américain veut également diviser la saison par continent, avec des courses groupées en Europe, en Asie et dans les Amériques, pour faciliter la logistique et contribuer au marketing.

"À ce jour, selon les Accords Concorde, la limite est de 25 [courses]", déclare Bratches. "Lors de mes sept mois en fonction, j'ai probablement été approché par une quarantaine de pays, de villes, de municipalités, de principautés, souhaitant tous organiser une course de F1, ce qui est extrêmement encourageant. Je pense que c'est représentatif de la marque [F1], et de ce que les gens essaient de faire pour les fans au niveau local, ils essaient de trouver de la visibilité et de donner de l'ampleur à leur projet."

"Concernant le calendrier, nous avons plusieurs objectifs. Historiquement, le processus de l'arrivée de villes en F1 a toujours été très réactif. Je pense que d'un point de vue de marque, nous essayons de changer d'approche et de devenir bien plus proactifs dans l'identification de villes et d'endroits en phase avec notre marque et notre stratégie d'organiser des courses là où l'on peut activer de larges bases de fans – particulièrement dans le centre de grandes villes."

En revanche, Bratches ne s'attend pas à voir davantage de circuits permanents "à la Tilke" construits dans des déserts, sur des marécages ou à la campagne : "Dans la direction où nous nous dirigeons, je ne pense pas que beaucoup de circuits vont être construits exprès pour le sport auto. Ce sera réparti entre circuits urbains, circuits historiques et circuits construits dans ce but. Le prochain objectif est de nous efforcer d'avoir plus de courses urbaines. Pour les raisons que j'ai énoncées, nous pensons que c'est une proposition très attirante, de notre point de vue."

Lorsqu'il lui est demandé quelles courses actuelles ne contribuent pas suffisamment pour survivre, Bratches répond : "Nous aimons tous nos enfants ! Je pense qu'avec notre répartition des courses par région, vous allez en voir certaines être écartées, et certaines être ajoutées. Nous souhaitons ardemment maximiser les opportunités de ces Grands Prix."

Un calendrier réfléchi

Bratches affirme que regrouper les courses en fonction de leur localisation sera bénéfique non seulement en matière de coûts de transport, mais aussi pour les fans.

"En ce moment, nous sautons dans le monde entier sans cadence réfléchie. Dans un monde idéal, quel que soit l'ordre, on aurait par exemple le premier tiers des courses en Europe, le deuxième tiers dans les Amériques, et le dernier segment en Asie."

"Cela permet de créer une efficience dans les voyages de la F1. Quand nous traversons l'Europe, il y a 350 camions à 18 roues qui voyagent avec, et ce sont plus de dix 747 qui nous emmènent dans le monde entier. Créer de l'efficience est, à mon avis, une grande opportunité."

"L'autre opportunité, du point de vue des fans, est pouvoir dire à un fan que pour les deux ou trois prochains mois, il va falloir se lever tôt pour regarder les Grands Prix, et pour les deux mois suivants c'est midi, puis c'est le soir. Aiguiller les fans pour accroître le public et l'audience, je trouve ça très intéressant."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités