La F1 prête à abolir les Qualifs Sprint "si ce n'est pas un succès"

Si la Formule 1 va tester les courses qualificatives cette saison, ces sprints ne sont pas destinés à perdurer s'ils ne donnent pas satisfaction.

Ce week-end aura lieu la première course qualificative de l'Histoire de la Formule 1 à Silverstone, épreuve sprint disputée sur 100 kilomètres le samedi après-midi afin de proposer un spectacle supplémentaire. Ces Qualifs Sprint se dérouleront lors de trois Grands Prix cette année.

Lire aussi :

La Formule 1 était impatiente de tester de nouveaux formats et espère que cette nouvelle séance définissant la grille de départ du dimanche sera populaire auprès des fans. Cependant, l'état d'esprit est ouvert : si l'espoir est d'organiser davantage de Qualifs Sprint en 2022, la F1 ne se bornera pas à le faire si le succès n'est pas de mise.

"Nous n'imposerons jamais ça si ce n'est clairement pas un succès", indique Ross Brawn, manager sportif de la F1. "Il n'y a pas de raison de le faire si le public n'est pas intéressé, si nous ne voyons pas un grand intérêt des fans et que nous ne voyons pas de bénéfices. Je pense que l'une des belles choses à ce sujet est que ce sont trois courses, pas la saison [entière]. Auparavant, la F1 a toujours connu des difficultés avec le fait que quand elle effectue un ajustement, elle le fait théoriquement pour la saison."

"Nous nous rappelons tous le fiasco des qualifications [à élimination] il y a quelques années, qui a heureusement été corrigé en cours de saison. Je pense que tout le monde avait prédit que ça allait être compliqué, et ça l'a bel et bien été. Nous allons donc tester ce format sur trois Grands Prix. Et si ce n'est pas un succès, si nous n'avons pas la réaction espérée, alors nous admettrons avoir eu tort, en resterons là et étudierons d'autres initiatives."

Pour l'heure, il demeure difficile de prédire si le spectacle sera au rendez-vous pour ces Qualifs Sprint, qui auront lieu sans arrêt au stand obligatoire. Lewis Hamilton, par exemple, craint qu'elles ne se résument qu'à un "train". Cependant, compte tenu de l'esprit de compétition des pilotes, Brawn doute d'assister à une procession : il prend en exemple les deux derniers tours très animés du Grand Prix d'Azerbaïdjan, qui ont fait suite à un second départ lancé, après une interruption au drapeau rouge.

"Je pense que ce qui a été fascinant, c'est Bakou et le petit sprint que nous avons eu à la fin, qui était passionnant", ajoute Brawn. "Je ne pense pas que le nôtre sera si agressif, car il se fait évidemment sur plus de 100 kilomètres, donc ils ont un petit peu plus de temps."

"Mais je pense que les pilotes sont prêts à faire la course sur un parking de supermarché avec des caddies. C'est leur nature de vouloir battre les autres, et il n'y a rien de pire pour eux que d'être battu par quelqu'un. Même si l'on peut affirmer que le sprint n'est que le précurseur de l'événement principal, à savoir la course, je pense qu'ils voudront désespérément se battre les uns les autres et montrer qui est le plus rapide, qui est le plus fort."

Propos recueillis par Jonathan Noble

partages
commentaires
Qualifications Sprint : comment ça marche ?

Article précédent

Qualifications Sprint : comment ça marche ?

Article suivant

Les évolutions de Mercedes dévoilées à Silverstone

Les évolutions de Mercedes dévoilées à Silverstone
Charger les commentaires