Formule 1
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

La F1 refusera tout nouveau GP sur un circuit ennuyeux

partages
commentaires
La F1 refusera tout nouveau GP sur un circuit ennuyeux
Par :
4 juin 2018 à 12:33

À l'heure où Liberty Media cherche à faire bouger le calendrier de la Formule 1 et à visiter de nouveaux circuits, pas question pour autant de sacrifier le spectacle.

Chase Carey, directeur exécutif du Formula One Group et Ross Brawn, directeur de la compétition du Formula One Group
Sergey Sirotkin, Williams FW41, devant Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Vue générale de la zone réservée au Circuit de Miami
le tracé potentiel du Grand Prix F1 de Miami
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14, devant Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09, Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H, au départ de la course
Ross Brawn, directeur de la compétition du Formula One Group, et Chase Carey, directeur exécutif du Formula One Group
Sergio Perez, Force India VJM11
Jean Todt, President, FIA, et Chase Carey, président, Formula One
Lewis Hamilton, Mercedes-AMG F1 W09
Chase Carey, directeur exécutif du Formula One Group
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14
Charles Leclerc, Sauber C37, devant Max Verstappen, Red Bull Racing RB14
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL33, s'arrête au stand
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18, devant Esteban Ocon, Force India VJM11

Chase Carey prévient : pas question d'organiser de nouveaux Grands Prix de F1 sur des tracés qui ne garantiront pas de belles courses. Après des années de critiques des fans vis-à-vis de la politique qu'exerçait Bernie Ecclestone, en privilégiant les revenus que certains organisateurs étaient prêts à payer plutôt que la qualité des tracés, Liberty Media veut mettre un terme à cette approche.

Tandis que Miami et le Vietnam sont sur les rangs pour accueillir la catégorie reine, son PDG a rappelé que le critère prioritaire à remplir pour tout nouveau Grand Prix sera d'offrir une piste qui offrira du spectacle et de l'enthousiasme.

"Il y a des choses qui sont importantes pour nous", insiste Chase Carey. "D'abord, nous voulons nous assurer que ce soit excellent pour y faire une course. Quand on construit tout ce qui va autour, ça commence par le fait d'avoir un circuit qui génère une grande course. Aujourd'hui, de manière réaliste, il y a des circuits sur lesquels nous devons travailler et qui ne sont pas propices à produire les courses les plus excitantes. Il y en a certains qui sont fabuleux. Pour commencer, nous voulons une piste qui offrira une course fabuleuse."

"Ensuite, nous voulons un endroit qui captivera le monde entier. Nous sommes dans les grandes villes du monde. Nous utilisons l'expression des villes où nous nous rendons, des endroits pour lesquels on veut que les fans qui regardent la télévision soient enthousiastes, des sites qui paraissent spectaculaires, qui captent vraiment l'imagination des gens. Et si jamais ils s'y rendent, c'est encore plus particulier pour eux. Nous voulons des villes et des pays magiques, qui intriguent et fascinent le monde." 

La sensible question des dépassements 

La condition très claire fixée par Chase Carey intervient dans un moment où la F1 cherche des solutions au manque de dépassements en course. Déjà brûlant, le sujet n'a pas manqué de faire parler davantage encore après le dernier Grand Prix de Monaco, fortement critiqué pour le manque de spectacle et d'action en piste.

Certains pilotes ont estimé que des changements étaient nécessaires au niveau des tracés, y compris pour un lieu mythique comme celui de La Principauté, tandis qu'au niveau des monoplaces des changements aérodynamiques vont être implémentés dès l'année prochaine. Chase Carey ne se dérobe pas, la problématique des dépassements est réelle et doit être réglée, mais les quelques ajustements qui auront lieu en 2019 ne suffiront pas et il s'agit d'un travail de plus longue haleine.

"Les dépassements sont clairement un sujet, et je crois que nous savons que les étapes que nous allons franchir pour 2019 avec la FIA ne sont pas un remède à tout, ce sont des paliers", avertit le patron de la F1. "Les changements seront bien plus significatifs en 2021. Nous nous intéressons plus largement à l'aérodynamique. Nous ne voulons pas perdre l'aspect aérodynamique qui rend la F1 si spectaculaire, mais nous pensons qu'il faut faire des choses permettant de faire des dépassements une part plus importante de la discipline."

"Mais il n'y a pas que ça. Il y a beaucoup de choses en cours, qui apporteront plus d'équilibre dans la compétition, plus d'action en piste, et à de nombreux égards plus d'imprévisibilité. L'aspect prévisible des choses n'est pas bon dans le sport. On veut de l'inattendu. On veut des moments mémorables, que l'on n'a pas vu venir. On veut voir des outsiders gagner. On veut que ces choses-là se produisent."

Article suivant
Rétroviseurs sur le Halo : la jurisprudence Ferrari freine Renault

Article précédent

Rétroviseurs sur le Halo : la jurisprudence Ferrari freine Renault

Article suivant

Le défi qui attend les écuries avec les freins à Montréal

Le défi qui attend les écuries avec les freins à Montréal
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Basile Davoine